jmtrivial
IRC

(Retour Ă  la page d'Adrien)

C'est une sorte de critique des gens qui gravitent autour d'IRC tu vois, mais on sent quand mĂŞme de la tendresse la dedans.



ACTE I


Scène 1 : Jean Bernard est devant son Ă©cran, l'air fĂ©brile, il semble impatient.




Jean Bernard (alias L4tinL0v3r)

- Enfin voilà cette soirée tant désirée
- Qui consacrera ma grande fidélité
- Apres maintes semaines de présence assidue
- C'est avec joie que je recevrai mon dĂ»

Il scrute l'Ă©cran

- Mais voilĂ  Poupounet le digne possesseur
- De ce chan magnifique qui me rĂ©jouit le cœur
- Allons donc maintenant exiger récompense
- Du temps consacré et des flatteries intenses

Il semble absorbé un instant et tape sur son clavier, puis présente soudain le pale visage de la déception.

- Comment ? C'est impossible, quel odieux complot
- S'est ourdi contre moi, comme ça derrière mon dos
- Cette jeune pimbĂŞche de Julie69 (prononcez soixante-neuf)
- Me vole de Poupounnet les intérêts tout neufs
- Pour un peu de poitrine et quelqu'autres attraits
- Je perds ma place d'op, celle que je méritais !
- Cela ne sera pas et je m'en vais lui dire
- Toute ma déconvenue, ma surprise et mon ire.

Scène 2 : Robert est devant son Ă©cran, l'air un peu chagrinĂ©


Robert (alias Poupounet)

- Je ne te comprends plus, fidèle L4tinL0v3r
- Tu Ă©tais autrefois mon grand admirateur
- Et maintenant pourtant tu sembles courroucé
- Car aucuns de tes rêves je n'ai réalisé
- La nature de l'Homme est vraiment décevante
- Et l'envie d'un exemple dorénavant me tente
- Je te bannis maintenant vil flagorneur
- Que cette leçon serve à tous les jeunes users

Il tapote frénétiquement sur son clavier, il semble exalté alors qu'il exerce le pouvoir

- Retournons maintenant nous consacrer entier
- Aux doux mots que j'échange avec ma dulcinée

Scène 3 : Louisette est devant son Ă©cran, elle a un air ravi et lĂ©gèrement niais


Louisette (alias Julie69)

- Qu'il est donc doux de voir combien Poupounet m'aime
- Ces discours qu'il me fait et tous ces beaux poèmes
- La confiance qu'il me porte me réjouit ardemment
- L'op qu'il m'a donné, porterai fièrement
- Voilà déjà trois jours que nous nous rencontrâmes
- Et je lui suis déjà dévouée corps et âme
- Notre hymen il me semble ne serait trop tarder
- L'irl de décembre le verra consacrer
- Je suis si impatiente de pouvoir admirer
- Le viril visage de mon bien aimé

Elle soupire

- Par tous les Dieux ! que vois-je ? Mon gentil Poupounet
- Contre L4tinL0v3r use d'autorité
- Il me semblait pourtant que ces deux la Ă©taient
- Par une amitié solidement liés
- Car c'est le don heureux de mon cher Poupounet
- De s'entendre avec tous et de se faire aimer
- Mais je crains parfois qu'il ne se fasse avoir
- Et que ces amis lĂ  ne cherchent que le pouvoir
- Prêtons lui néanmoins entière confiance
- Il est homme à savoir user de méfiance

Elle regarde amoureusement l'Ă©cran

Scène 4 : Jean Bernard fulmine devant son Ă©cran, il a très mal pris son ban.


Jean Bernard (alias L4tinL0v3r)

- Je dois rĂŞver je pense ou plutĂ´t cauchemarder
- Il m'a kické l'infâme, m'a banni, m'a renié
- Il balaye d'un geste toute ma dévotion
- Tout ce qu'il me doit, toutes mes attentions
- L'ingratitude nouvelle est due a son amour
- Il me broute avec ça depuis déjà trois jours
- Ce n'est pas la justice que tout cela me nuise
- Cette idylle naissante, elle me gĂŞne, je la brise !
- Oh oui cher Poupounet tu te mordras les doigts
- D'avoir oublié tout ce que tu me dois
- Je te connais un peu et je sais te détruire
- Pour calmer ma colère tu vas devoir souffrir
- Un plan diabolique en mon âme est formé
- Bientôt ma campagne contre toi initiée
- Tu seras humilié, piétiné et honteux
- Le réseau pour toujours tu quitteras sous peu

Il Ă©clate d'un rire diabolique

ACTE II : ou l'on prend conscience de la diabolicitude de Jean Bernard et de la versatilité de Robert



Scène 1 : Robert est devant son Ă©cran, il semble un peu dĂ©tachĂ© de ce qui se passe sur irc, il y a une tĂ©lĂ© allumĂ©e derrière lui ou passe un film pornographique, parce que les accros Ă  irc, on sait ce que ça vaut.



Robert

- Je m'ennuie aujourd'hui sur le bel irc
- Ma Julie n'est pas là, où est elle passée ?
- Les tristes bavardages des users du réseau
- Me semblent sans saveur, inutiles et bien sots
- Mais qui est cette personne qui arrive ici bas ?
- En tant que possesseur, l'accueillir je dois
- Et peut ĂŞtre, qui sait, elle pourra un instant
- De mes tristes pensées chasser l'aigre relent
- Je vois qu'elle se surnomme Succube666 (prononcer six six six)
- Quel nom provocateur, elle serait tentatrice ?
- De toutes les façons je me sais vertueux
- Je ne risque donc rien Ă  l'allumer un peu
- De plus il faut avouer que cette télé fiction
- A provoqué en moi une sourde excitation

Il éteint la télévision après avoir regarder un instant le déroulement du film.
Il retourne tapoter sur le clavier


- Voilà elle me répond, l'affaire est engagée
- Voyons quel intérêt je peux en retirer

Scène 2 : Louisette et son amie Sylvie sont toutes deux dans la mĂŞme pièce, chacune devant un Ă©cran.


Elles arrĂŞtent de tapoter et se tournent l'une vers l'autre. Elles ont l'air heureuses.

Louisette (alias Julie69)

- Vois PlanteVerte mon amie, notre réseau fonctionne
- Quand on lit le manuel, regarde ce que ça donne
- Les ordinateurs sont tout démystifiés
- Nous sommes maintenant des jeunes femmes libérées
- Allons voir nos amis, leur clamer la victoire
- Nul doute que Poupounet saluera notre gloire

Sylvie (alias PlanteVerte)

- Poupounet encore, Poupounet toujours
- Ce n'est de l'amitié, on dirait de l'amour

Louisette (alias Julie69)

- Je le confesse enfin ,et Ă©tant mon amie
- Je veux que tu partages avec moi l'euphorie
- Mon bonheur est bien proche, décembre est a nos portes
- L'impatience me ronge, il faut que je sois forte !

Sylvie (alias PlanteVerte)

- Tu l'es assurément, mais ne t'emballe pas
- Ce Poupounet peut-être te lance des appâts
- Afin de t'attirer entre ses bras menteurs
- Et Ă  l'aube te laisser toute seule et en pleurs

Louisette (alias Julie69)

- Cesse donc PlanteVerte, apaise tes soupçons
- Poupounet n'est point ce genre de garçon
- C'est un être sensible, poétique et rêveur
- Par son charme et sa grâce, il a ravi mon coeur


Sylvie (alias Planteverte)

- Son charme et sa grâce pourraient être factices
- Irc favorise ce genre d'artifices
- Ton coeur pourrait battre pour un vil tricheur
- Je t'en prie tache donc de calmer ton ardeur
- Celle qui ne sait Ă©couter sa raison
- S'expose imprudemment à de graves déceptions
- Néanmoins je le vois tu sembles très heureuse
- Je souhaite que longtemps tu restes aussi radieuse



Louisette (alias Julie69)

- Merci mon amie de t'inquiéter pour moi
- Poupounet je le pense est celui que je crois
- Cessons dès maintenant notre argumentation
- Allons sur internet mener des discussions.

Elles se tournent le dos et tapotent chacune sur leur clavier, on entend le bruit d'une connexion par téléphone

Scène 3 : Jean Bernard est devant son Ă©cran, on peut lire la satisfaction sur son visage


Jean Bernard (alias L4tinL0v3r alias Succube666 roh quel rebondissement !)

- Je m'en doutais , je le savais, j'en étais sûr
- Le tendre Poupounet tente enfin l'aventure
- Et il fait maintenant Ă  la Succube tricheuse
- Des propositions on ne peut plus tendancieuses
- Il s'égare, il s'excite, il est tout déchaîné
- Bien peu a réussi à lui faire perdre pied
- A peine l'Ă©vocation de quelques dessous blancs
- Et le voilĂ  parti, il est entreprenant
- Combien facile il est de tenter l'obsédé
- De lui faire renier tous ses serments passés
- Achevons maintenant d'une photo impudique
- De le faire céder à ses penchants lubriques
- Enfer mais que fait-il ? Il ne me répond plus ?
- C'est cette jeune imbécile qui soudain apparut
- Cette Julie vient encore troubler tous mes projets
- Patience Jean Bernard le poisson est ferré
- Il faudra peu de temps pour que le possesseur
- A la succube lubrique livre son petit coeur

Il se lève et sort

Scène 4 : Louisette et Sylvie sont toujours dos Ă  dos face Ă  leurs Ă©crans respectifs


Louisette

- Poupounet mon amour, es tu donc contrarié ?
- Tu sembles aujourd'hui quelque peu dissipé

Sylvie

- C'est un homme voilĂ  tout, et fou d'ordinateur
- Cette engeance, sache-le, a des sautes d'humeur

Louisette

- Je trouve en vérité son attitude étrange
- Au milieu d'un souci peut être je le dérange

Sylvie

- Ou bien plus probable, il observe des photos
- Qui des jeunes filles présentent sans vêtements sur le dos

Louisette

- PlanteVerte tu es aigrie, je n'en sais la raison
- Mais arrĂŞte je te prie, ou je te colle un gnon

Sylvie

- Je vois a quels extrĂŞmes ton amour te porte
- Et n'interviendrais plus, je le jure, de la sorte

Louisette

- Tu es sage PlanteVerte et tu crains non sans tort
- Le courroux d'une passion que ta bouche déshonore

Sylvie (en aparté)

- Innocente Julie, tu es encore crédule
- Tu crois encore Ă  tout et rĂŞves dans ta bulle
- J'espère que pour toi le réveil ne sera
- Pas aussi difficile qu'il fut jadis pour moi

Louisette soupire d'un air béat, Sylvie lui jette un regard dégoûté.

Scène 5 : Georges Alban est devant son Ă©cran, il frappe frappe frappe et s'arrĂŞte enfin, il se dĂ©tourne de l'Ă©cran avec la satisfaction du devoir accompli.


Georges Alban (alias 0Rg4niZ3r)

- Enfin c'est achevé, ma mission est finie
- Heureuse satisfaction du devoir accompli
- Tous les gens du canal par mes soins prévenus
- Il me faut désormais préparer leur venue
- Acquérir quelques alcools ou substances illicites
- Bref tout ce qu'il faut pour se prendre une bonne cuite
- Peut être même pourrais je pour plus de gaieté
- Inviter quelques filles sans grande moralité
- Ah mais non je suis sot, irc a changé
- On y trouve aujourd'hui matière à s 'amuser
- Niveau femelle maintenant le réseau a la côte
- Cette année pas besoin de sortir les biscottes
- Dès décembre c'est sur tout le monde se verra
- Qui peut prédire alors qui dans qui s'immiscera ?
- Poupounet semble fort de Julie convoiter
- L'aimable caractère et les charmants attraits
- On peut dire je le pense sans peur de se tromper
- Qu'au cours de la fĂŞte, il va se la taper
- Le fait n'est pas secret, Poupounet s'intéresse
- Bien moins à l'âme humaine qu'à de belles petites fesses
- Il semble néanmoins fort épris de Julie
- Et l'on sait que l'amour, des merveilles accomplit
- Il saura bien ĂŞtre plus sage qu'Ă  l'habitude
- Et de sa libido calmer les turpitudes

Scène 6 : Robert est devant son Ă©cran, il semble torturĂ©


Robert (alias Poupounet)

- Ô étranges pensées qui mon âme tourmentent
- Et transforment ma passion en flamme vacillante
- Hier encore j'Ă©tais pour Julie fou d'amour
- Aujourd'hui me demande si je l'aime toujours
- Les photos de Succube et ses propositions
- Exercent sur mon ĂŞtre une forte attraction
- La demoiselle ne semble vraiment pas très farouche
- Et m'invite sans ambages Ă  partager sa couche
- Cet état d'esprit là me séduit tout à fait
- Je n'ai pas l'impression de commettre un méfait
- Après tout cette Julie je ne le connais guère
- Ce qu'elle est ce qu'elle veut est pour moi un mystère
- Avec Succube je suis en terrain bien connu
- Ce sera pour le moins, une belle histoire de cul
- Maintenant je le crains, il me faut annoncer
- A la fragile Julie le fruit de mes pensées
- Et cela me dérange car je ne suis méchant
- De devoir attrister une si gentille enfant
- Mais je suis homme d'honneur et ne peut certes pas
- Laisser planer le doute et ne lui dire pas
- A bien y repenser il n'est pas nécessaire
- De hâter la nouvelle, un temps je vais me taire
- Avec un peu de temps Julie prendra conscience
- De mes silences gĂŞnant et mes moments d'absence
- C'est elle qui alors prendra la décision
- De stopper au plus tĂ´t cette jeune relation
- De toutes les façons il convient ces temps ci
- De laisser les jeunes femmes décider de leur vie
- Cette triste rupture ne sera pas mon fait
- Julie seule décidera d'en arrêter les frais

Scène 7 : Jean-Bernard est devant son Ă©cran, il a l'air heureux Ă  s'en baver sur les chaussettes


Jean-Bernard (alias L4tinL0v3r alias Succube666)

- Et voilà tout est joué j'ai brisé cet amour
- Qui avait eu l'audace de perturber mes jours
- Encore pendant un temps je poursuivrai le jeu
- Le goût de la vengeance est tellement délicieux
- Cet andouille hormonale n'a toujours pas compris
- Que depuis le début je m'amuse avec lui
- Jusqu'en DĂ©cembre encore je vais continuer
- A mentir Ă  ce sot et la passion mimer
- Notre proche rencontre promet d'ĂŞtre amusante
- Sa déception sera bien réconfortante
- Et tous sauront alors le péril que l'on court
- A s'opposer Ă  moi. Enfin viendra mon tour
- D'être enfin respecté, admiré et craint
- D'atteindre un statut supérieur à l'humain
- Ridicule Poupounet perdra de son charisme
- Et je récupérerai toutes ses admiratrices
- Ce sera alors l'heure de faire sécession
- Et un nouveau channel pourra porter mon nom
- Je deviendrai enfin, ambition mi cachée
- Owner d'un chan vivant et fortement peuplé
- Tiens voilĂ  Julie, je vais rester un peu
- Et assister sans doute Ă  sa mise hors jeu
- Désolé demoiselle mais tu n'es pas de taille
- A rivaliser avec mes ruses canailles
- Je crois que ce DĂ©cembre risque d'ĂŞtre glacial
- Sans aucun doute je suis un vrai génie du mal
- Observons maintenant la haine se déchaîner
- La souffrance des autres est douce Ă  regarder

Scène 8 : Louisette est seule devant son Ă©cran tout Ă  gauche de la scène


Robert est seul devant son écran tout à droite de la scène

Louisette (alias Julie 69)

- Voilà mon tendre amour, sa venue me réjouit
- Il me faut lui parler et chasser les on-dits
- On lui prĂŞte une passion dont je ne suis l'objet
- Pour ridicule qu'elle soit je n'aime pas cette idée
- Allons cher Poupounet répond et rassure moi
- Nie donc ces infamies que l'on me conte sur toi

Robert (alias Poupounet)

- Misère la voilà qui demande des comptes
- Il faut que comme un homme mes erreurs j'affronte
- Je ne sais vraiment pas comment lui annoncer
- Que nous deux ce n'est plus du tout d'actualité
- Je sais comment agir je suis homme bien sage
- Je vais faire le muet, ignorer ses messages
- Elle comprendra alors par mon silence pesant
- Que je n'ai plus pour elle de tendres sentiments
- La rupture comme cela sera bien affirmée
- Elle partira enfin et me laissera en paix

Louisette(alias Julie 69)

- Comment il ne dit rien, que diantre cache-t-il ?
- Les rumeurs ne seraient donc pas imbéciles ?
- Que dois je faire maintenant, comment me comporter ?
- IRC semble soudain hostile et contrefait
- Mon coeur a été joué par un triste gredin
- Qui semble désormais suivre un autre chemin
- Hypocrite, menteur ! Comment as tu osé
- Une pauvre jeune fille Ă  ce point abuser ?
- Et lâche avec ça, il ne dit toujours rien
- Cache toi donc félon, tu le fais tellement bien
- Pour promettre alors là, tu es toujours présent
- S'il s'agit d'assumer, tu restes comme un enfant
- A ne pas vouloir reconnaître tes erreurs
- Tu t'esquives misérable, aurais tu donc si peur
- Que tu ne te sens pas la force d'avouer
- Que nous deux est fini, mort et enterré
- Je m'en vais maintenant je te laisse tranquille
- J'espère que tu es fier de ton courage débile

Elle sort de scène

Poupounet(alias Robert)

- Enfin elle est partie, me voilà rassuré
- De plus cela ne s'est pas trop mal passé
- Je pense que mon silence Ă©tait de circonstances
- Je l'ai laissé parler, me dire ce qu'elle pense
- Parfois il faut permettre aux gens de s'exprimer
- Ainsi on ne laisse pas la haine s'accumuler
- Elle est triste semble-t-il mais cela lui passera
- Notre amour n'Ă©tait pas si profond que cela
- Ma nouvelle passion est beaucoup plus intense
- Impérieuse et puissante, elle me laisse sans défense
- Je compte le peu de jours qui restent avant DĂ©cembre
- Tellement impatient que tremblent tous mes membres
- Et tant pis si cette fille quelque peu j'ai blessé
- Mon bonheur avant tout je me dois d'assurer

Scène 9 : Sylvie et Louisette sont autour d'une table basse sur laquelle est posĂ©e une bouteille. Louisette est effondrĂ©e.


Julie69(alias Louisette)
- Le chacal puant, le goujat imbécile
- Il m'a laissé tombée pour une nouvelle idylle
- Une parvenue quelconque arrive et le séduit
- Ce pourceau prétentieux me jette dans l'oubli
- Je vais lui faire subir des tortures infâmes
- Ses parties mutiler Ă  la pointe d'une lame
- Le saigner, le meurtrir, lui faire subir mille morts,
- L'amputer de ses yeux et le claquer bien fort !

PlanteVerte(alias Sylvie) : stoĂŻque
- Mais oui très chère amie, très bientôt il paiera
- Pour l'instant prend encore un peu de ce vin la
(elles boivent)


Julie69(alias Louisette)
- Non mais tu vois PlanteVerte, j'vais l'faire souffrir
- Apres mon petit traitement il voudra plus jamais rire

PlanteVerte(alias Sylvie)
- Tu devrais le savoir tous les hommes sont des porcs
- Qui nous prennent et nous jettent sans l'once d'un remord

Julie69(alias Louisette)
- Mais c'Ă©tait pas la peine qu'il honore son sexe
- Chuis vraiment pas commode, pour un rien je me vexe
- Et puis maintenant sa gueule je vais la lui péter
- C'est qu'avec mon ptit coeur il faut pas déconner

PlanteVerte(alias Sylvie)
- Je vais te dire Julie on devrait y aller
- Descendre dans son fief et lui faire regretter
- On va le mettre minable

Julie69(alias Louisette)
- ce sale petit merdeux !

PlanteVerte(alias Sylvie)
- J'crois vraiment qu'on devrait lui expliquer un peu
- Qu'faut pas faire n'importe quoi avec des femmes comme nous
- Qu'y faut pas nous tromper ou nous bourrer le mou

Julie69(alias Louisette)
- Ouais !

PlanteVerte(alias Sylvie)
- Eh! mais j'y songe, y reste quelques bouteilles

Julie69(alias Louisette)
- C'est gore ça ma grande, fonce chercher ces merveilles
- Pendant ce temps t'inquiète je m'occupe de celle ci
- Je crois que sa carrière ce soir s'achève ici

PlanteVerte se lève et sort en titubant

Julie69(alias Louisette)
- Hélas pauvre bouteille, ou sont-ils à présent
- Tes factices paradis ? Je les bois Ă  l'instant
- Mais déjà les oublie. Je me sens si légère
- Ma tête veut s'envoler, il faut que je m'aère.

Elle se penche Ă  une fenĂŞtre, PlanteVerte rentre une bouteille dans chaque main

PlanteVerte(alias Sylvie) apercevant Louisette
- Dieux mais que fait-elle, cherche-t-elle Ă  mourir ?
- Mieux vaut que je l'empĂŞche, elle pourrait en souffrir !

Elle s'approche de Louisette

- Mais enfin ma Julie, ressaisis toi sur l'heure
- Ce n'est pas le moment de te complaire en pleurs
- Il reste de quoi boire, peux tu vraiment mourir ?
- Encore quelques bouteilles et tu voudras sourire


Julie69(alias Louisette)
- Toi t'es mignonne PlanteVerte de t'occuper de moi
- Ta sagesse est profonde, quand on est triste on boit

PlanteVerte(alias Sylvie)
- Bien que j'ai raison, de plus jamais n'ai je tort
- Faut pas se ronger les sangs pour un de ces sales porcs
- Les mâles sont des bourrins, ils méritent castration
- Je vais te dire ma grande, faudrait une punition


Julie69(alias Louisette)
- T'as bien raison PlanteVerte j'vais aller lui causer !

PlanteVerte(alias Sylvie)
- Chuis pas sur que l'on soit en Ă©tat de chatter

Julie69(alias Louisette)
- Qui te parle d'internet ? Je prévois mieux que ça
- On va Ă  l'irl , on s'occupe de son cas

PlanteVerte(alias Sylvie)
- C'est comme tu veux Julie mais on part pas tout d'suite
- On finit les bouteilles, allez c'est moi qu'invite !

Julie69(alias Louisette)
- Je trouve que cette soirée est plutôt bien partie
- Quand je pense que taleure je chialais pire qu'une truie
- L'alcool est vraiment un truc que j'adore
- Entre ses bras câlins je trouve grand réconfort

Et glou et glou et glou

Fin de l'acte II

ACTE III


Scène 1 : OmbreFurtive et SolĂ©noĂŻde entrent de chaque cotĂ© de la scène, ils portent des sacs Ă  dos


OmbreFurtive(il n'a jamais révélé son prénom)
- Je n'aurais jamais du accepter de venir
- Je me sens déjà mal, et ça va être pire
- Pourtant je le sais bien, je n'aime pas les gens
- Ils sont souvent hostiles pour ne pas dire méchants
Il aperçoit Solénoïde
- Misère en voilà un, pourquoi ai-je accepté ?
- J'étais pourtant tranquille au loin dans ma chambrée

Solénoïde(alias Albert)
- Et me voilà enfin dans cette belle cité
- J'avais hâte je l'avoue d'être enfin arrivé
- Il ne me reste plus qu'Ă  attendre les gens
- Il devrait arriver dans Ă  peine un moment
Apercevant OmbreFurtive
- Cette démarche incertaine, ce regard fuyant
- Ce personnage m'ignore très manifestement
- Mais je connais le coeur des accros d'IRC
- Et ils ont parfois peur de devoir rencontrer
- Les gens avec lesquels ils tiennent conversation
- Tout le monde n'aime pas se faire des relations
- Il faut pourtant bien sortir du trou pour vivre
- Partager par exemple le bonheur d'ĂŞtre ivre
- Mais l'Homme parfois est lâche et ne veut affronter
- Ses peurs irrationnelles et ses démons cachés
- Si sa timidité l'empêche d'aller vers moi
- Alors vers lui j'irai, ne laissant aucun choix
- Car n'est pas heureux qui se cachant sans cesse
- Se laisse submerger par angoisse et tristesse

OmbreFurtive(il n'a jamais révélé son prénom)
- Par l'Enfer il approche et il semblerait bien
- Qu'il veuille converser, veut-il donc ma fin ?

SolenoĂŻde(alias Albert)
- Le bonjour mon ami, ton air blême fatigué
- Ta tenue excentrique et ton air apeuré
- Me donnent Ă  penser que je rencontre enfin
- Une personne avec qui je discute sans fin
- Tu fréquentes le réseau inutile de le nier
- Des stigmates perceptibles me font t'identifier
- Revele moi donc ami le nom que tu te donnes
- Que je puisse situer qui je vois en personne

OmbreFurtive(il n'a jamais voulu révélé son prénom) murmurantet baissant la tête
- Je suis OmbreFurtive, l'user enigmatique
- Jamais associe Ă  un ĂŞtre physique
- A quatre irl déjà ai échappé
- Aujourd'hui enfin je viens me dévoiler

SolenoĂŻde(alias Albert)
- Et c'est moi le premier qui ai l'insigne honneur
- De te voir en personne, charismatique user
- Je peux te confesser que tous désespèrent
- De ne pas te connaître, toi qui est notre pair
- Oui je le sais bien, on te connaît un peu
- Mais l'internaute et l'Homme sont sans conteste deux
- Et pour appréhender dans sa totalité
- Le noeud complexe que forme une personnalité
- Il est, avouons le, quasi indispensable
- De se réunir tous autour d'une bonne table

OmbreFurtive(il n'a jamais voulu révélé son prénom)
- Je me serais passé de cette dure expérience
- Ces gens qui veulent me voir ne me laissent pas une chance
- Je voudrais me cacher, qu'on me laisse tranquille
- Mais pourquoi suis je venu il Ă©tait si facile
- De refuser encore, de ne pas voir les gens
- De dire "non merci j'ai d'autres engagements"

SolenoĂŻde(alias Albert)
- OmbreFurtive voyons ne te désespère pas
- Expérience positive, la rencontre t'amusera
- Il est temps de quitter toutes tes inhibitions
- Regarde toi aujourd'hui : tu es un grand garcon
On entend les pas de deux personnes
- Ecoute OmbreFurtive notre nombre augmente

OmbreFurtive(il n'a jamais voulu révéler son prénom) en aparté
- Et pourquoi croit il donc qu'ainsi je me lamente ?

Scène 2 : OmbreFurtive, SolenoĂŻde, 0Rg4niZ3r, Poupounet

OmbreFurtive et SolenoĂŻde se tiennent dans le coin gauche de la scene.
0Rg4niz3r et Poupounet entrent par la droite

0Rg4niZ3r
- Regardez Poupounet, là-bas quelques compères
- Je vois Solénoïde, mais l'autre est un mystère

Solénoïde fait signe aux deux nouveaux arrivants

- Il agite les bras, nous presse d'approcher
- Amène-toi camarade, il faut socialiser

Poupounet (cherchant manifestement quelqu'un)
- Ne devrions-nous pas avant toute discussion
- Rechercher plus avant nos autres compagnons ?

0Rg4niZ3r (souriant)
- Je vois avec plaisir, Ă´ magnifique owner
- Que vous ĂŞtes inquiet pour votre amie de coeur
- Allons chercher ceux-là et tous réunis
- Nous nous mettrons en quĂŞte de votre belle amie

Poupounet
- Je confesse que la voir me serait délicieux
- Et me frotter contre elle me rendrait plus qu'heureux

0Rg4niZ3r
- En attendant mon cher rejoignons ce jeune couple
- Avancons maintenant de notre beau pas souple

0Rg4niZ3r et Poupounet rejoignent SolenoĂŻde et OmbreFurtive

Solénoïde
- 0Rg4niZ3r mon cher, quel plaisir de vous voir
- Et voici Poupounet, détenteur du pouvoir
DĂ©signant OmbreFurtive :
- Ce jeune homme frémissant, quelque peu angoissé
- OmbreFurtive se nomme et hésite à rester

0Rg4niZ3r (rassurant)
- C'est une grande joie que de vous rencontrer
- J'espere que la rencontre ne manquerez d'apprécier

OmbreFurtive
- Mais il y aura des gens, vous ne comprenez pas
- Que c'est chose difficile pour un geek tel que moi
- Habitué tout petit, vivant parmi les ombres
- A voir de l'humain la face la plus sombre
- Moqué, traqué, trahi, je trouvai mon bonheur
- En me réfugiant près des ordinateurs
- Je n'aime vraiment pas revenir vers le monde
- Je sens autour de moi l'hostilité qui gronde

Poupounet
- Ne sois pas si inquiet jeune utilisateur
- Moi qui suis ton owner, défendrai tes couleurs
- Et nul n'osera de peur de me deplaire
- Contester ta présence ou insulter ta mère

Solénoïde
- Vous ĂŞtes grand monsieur et je tire mon chapeau
- A qui protège le faible contre l'assaut des veaux
- Maintenant transitons, rejoignons la cohorte
- Qui patiemment attend au delĂ  de ces portes

Ils sortent de scene.

Scène 3 : L4tinL0v3r aka Succube666


Jean-Bernard (alias L4tinL0v3r, aka Succube666)
- Me voilĂ  dans la place, il faut sans plus tarder
- Rejoindre l'emplacement de leurs festivités
- Me glisser discrètement au milieu des beuveries
- Atteindre Poupounet, lui faire remettre un pli
- De la part de Succube, lui donnant rendez-vous
- Dans un petit coin sombre pour faire un peu les fous
- Il viendra j'en suis sur et j'en profiterai
- Pour jouer quelques tours dont il fera les frais

On entend des bruits de pas qui approchent

- Par le sang des démons, d'autres personnes arrivent
- Ma présence dévoilée de la vengeance me prive
- Je dois dissimuler au prix de maints efforts
- Le fait que je suis lĂ , prĂŞt Ă  leur causer tort

Scène 4 : L4tinL0v3r aka Succube666 dissimulĂ©, PlanteVerte, Julie69


Julie69
- Terminus PlanteVerte, notre voyage achève
- Quelle qu'en fut la durée, elle me parut très brève
- Mes pensées orientées vers ma vengeance prochaine
- M'ont mĂŞme fait oublier quelques instants ma peine

PlanteVerte
- Ouvre moi donc ton âme pauvre esprit torturé
- Quel subtil strategeme as-tu élaboré ?

Julie69
- Le trouver, le claquer, lui dire mes espérances
- Toutes brisées par ses soins, le tancer d'importance
- Et voir agir en lui le sinistre poison
- Injecté sournoisement par mes révélations

PlanteVerte (découragée)
- Collègue il faut t'avouer que tu me décourages
- Je ne sais pas pourquoi, ce doit ĂŞtre ton age
- Etre naive a ce point je croyais impossible
- Est-ce lĂ  le menu de ta vengeance terrible ?
- Un peu plus de vigueur a ce morne programme
- Ne lui saurait faire tort. Fais de toi une vraie Femme
(S'emballant)
- Sois cruelle, sois sadique, sois mesquine et méchante
- Attaque-le de toutes parts, laisse une ruine pantelante
- Humilie-le l'infect, déchaîne ta fureur
- Ne te laisse pas fléchir, endurcis donc ton coeur
- Quand par tes vilainies, il sera devasté
- Quand par tous ses amis, sera abandonné
- Et que désespéré, il réclamera la mort
- Regarde le en face et moque toi de son sort
- Si tu es magnanime tu sauras lui prĂŞter
- Le couteau qu'il lui manque pour ses veines trancher.
- Voilà une vraie vengeance, une destruction en règle
- Elle est vive et tranchante comme la serre d'un aigle
- La seule facon décente de laver son honneur
- Plonge l'ennemi dans le sang, la folie et l'horreur.

Julie69
- PlanteVerte tu es, je trouve, portée vers l'extrêmisme
- Je ne trouve pas courage pour un tel sadisme
- Certes je fus dupée mais mon doux caractère
- Ne me prépare pas à ces joutes sanguinaires
- Toutefois l'enthousiasme que tu manifestas
- Suffit a me convaincre d'affermir mon bras
- Mon projet initial souffre d'insuffisance
- Pour guérir il me faut infliger la souffrance

PlanteVerte
- Il me rejouit de voir que mon sanglant discours
- A porté quelques fruits, je craignais que l'amour
- Ne se manifesta et suffise Ă  ruiner
- Tout ou partie peut-etre de ton brillant projet
- J'apercois dans tes yeux un Ă©clair de malice
- Je lis dans ton sourire la promesse de sévices
- Sans délai je te prie indique moi tes plans
- Toutes les deux ensemble complotons cruellement

Julie69
- Mes intentions nefastes en plus d'etre sadiques
- Sont d'une trivialité qui les rend magnifiques
- Poupounet, ce chacal, chérit plus que sa vie
- Sa place d'owner de chan, si elle Ă©tait ravie
- Prodigieuses seraient sa honte et sa tristesse
- D'avoir laissé paraitre tel signe de faiblesse
- Il partirait alors, triste, seul, misérable
- Et sur tout le reseau on entendrait, aimable,
- La réjouissante histoire de ce petit owner
- Qui de la part de femmes subit un take-over !

PlanteVerte
- Ton dessein diabolique semble fort a-propos
- C'est une terrible épreuve pour un Dieu du réseau
- Que de voir son prestige confisqué par un tiers
- Qui plus est par une femme, lui qui se croit expert
- Toutefois penses-tu que nous serons capables
- De crime odieux nous rendre les coupables ?

Julie69
- Oublies-tu mon amie quelle manifestation
- Nous comptons perturber par nos plans polissons ?
- C'est a une IRL que nous allons nous rendre
- S'il n'y a quelque geeks, j'accepte de me pendre !
- Or cette sorte de gens par nature est frustrée
- Aisément je pourrais les faire me désirer
- SĂ©duits par la promesse de tater mes rondeurs
- Ils commettront pour moi ce fameux take-over !
- Amene-toi à présent, sans tarder nous devons
- Rejoindre discrètement nos joyeux compagnons
- Là-bas ensorcellons un jeune mâle esseulé
- Que l'on puisse par la suite aisément manoeuvrer.

Elles sortent



(inachevé)

...
 

Cette page est certainement valide XHTML, la feuille de style certainement valide CSS

Copyright © Jean-Marie Favreau 2004-2011