Revue de lecture : son, espaces et histoire du XXe siècle

De passage dans une colloc à Marseille, je suis tombé sur une bibliothèque avec plusieurs bouquins intéressants autour du son. Et puisque c’est encore les vacances, j’en ai profité pour passer une journée à bouquiner… Je prolonge donc ici la série revue de lecture autour du son…

Le sonore, l’imaginaire et la ville

Henry Torgue est à la fois compositeur et chercheur en urbanisme. Dans cet ouvrage, et croise ses deux expériences de vie pour questionner la manière dont l’espace (urbain, scénique) est approprié et appropriable d’un point de vue sonore. Il cite bien sûr Murray Schafer, mais explore aussi des problématiques plus proches de la composition, ou encore de l’architecture.

À l’écoute du XXe siècle

Alex Ross propose dans ce livre de plus de 700 pages une histoire de la musique du XXe siècle. Plutôt focalisé sur la musique savante, il aborde bien sûr les différents chemins qui ont mené à la musique contemporaine, qu’elle soit sérielle ou concrète. Il aborde l’importance de la place de l’enregistrement et de la radio dans la diffusion des œuvres, et dans la pratique musicale. L’un des intérêts notables cette promenade réside en les analyses très accessibles d’un certain nombre de pièces et morceaux fondateurs de la musique du XXe siècle.

La spatialisation des musiques électroacoustiques

La musique électoacoustique a très tôt été explorer la problématique de la spacialisation, ou comment ajouter une nouvelle dimension aux possibilités de l’écoute. Dans ce recueil d’articles très complet, on lit différents point de vue de chercheurs et musiciens en son, sur la question de la spatialisation, à la foi d’un point de vue théorique, mais également d’un point de vue pratique, avec un certain nombre de plans d’acousmoniums, ainsi qu’une présentation pédagogique de leur fonctionnement. En lisant ces textes, on comprend un peu mieux le défi auquel se confrontent les spatialisateurs, qui sont les techniciens de diffusion de ces œuvres, parfois composées en stéréo, parfois en polyphonie.

Pour aller plus loin, et toujours sur la musique électronique, il serait sans doute intéressant d’aller lire ou écouter Guillaume Kosmicki. La série soundbreaking sur arte était d’ailleurs passionnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *