Notes de musique sur une partition

France Musique

Depuis plus d’un an maintenant, je suis devenu auditeur d’émissions sur France Musique. Pas pour mettre du classique en musique de fond, hein, vraiment des émissions que j’écoute en podcast, avec grand intérêt. Il y a de ça 5 ans en arrière, je n’aurais pas imaginé ça…

Comme beaucoup de gens de ma génération, j’ai grandi avec la radio. Chez mes parents, mes grands-parents, France Inter était diffusé quasiment toute la journée sur le poste de radio de la cuisine. À tel point qu’encore aujourd’hui, je me souviens de la musique du jeu des mille francs avec un certain pincement au cœur, parce que c’était le moment où il fallait ranger les jeux, pour se préparer à la fin de la journée… Je pense que j’ai eu mon premier poste de radio vers 10 ou 12 ans. J’ai joué à chercher toutes les stations, j’écoutais au hasard de la bande FM des trucs. Plus tard, avec l’adolescence, j’ai découvert les radios commerciales majeures de ma génération, Fun Radio, NRJ et Sky Rock. On enregistrait des K7 de best-of, avec les titres du moment, pour les réécouter ensuite.

K7 compilations musiques radio années 90

Plus tard, j’ai découvert Nova, Radio FG, ou encore Canal B quand j’étais à Rennes. Et puis en arrivant à Clermont-Ferrand, je me suis mis à faire de la radio.

France Culture

Difficile de faire de la radio si on n’écoute pas ce que font les autres. Les détracteurs de l’émission science alors ! que j’avais animée avec Cécile et Claire nous reprochaient de « faire du France Culture ». Jusqu’alors, j’avais la conviction que je ne me retrouverais pas dans les programmes de France Culture. À chaque fois que je tombais sur une émission proposée en podcast sur les réseaux sociaux, le sujet me captivait, je trouvais ça super. Mais je n’osais pas prendre le temps d’aller explorer la grille. Alors petit à petit, j’ai pris mes habitudes, plutôt en podcast d’ailleurs : la fabrique de l’histoire, du grain à moudre, les carnets de la création, création on air

France Musique

Et puis il y a un peu plus d’un an, je suis tombé par hasard sur le cri du patchwork. Clément Lebrun propose dans son émission hebdomadaire de parcourir la production musicale sous un angle à chaque fois renouvelé, qui interroge la place du son dans la création sonore. On y retrouve de la musique contemporaine, de la musique classique, mais aussi des musiques actuelles, du field recording, etc. À l’occasion du festival longueur d’ondes en 2017, j’avais pu assister à un échange avec Clément Lebrun, qui avait encore renforcé mon plaisir à écouter cette émission. Voici par exemple un épisode, le premier d’une série de 5 émissions consacré au brut :

À la rentrée 2017, une nouvelle émission vient de rejoindre la grille de France Culture, il s’agit de l’expérimentale. Produite par le GRM, dont j’avais parlé dans un précédent billet, cette émission est déclinée chaque semaine du mois en une forme différente&nbs;: entretiens, archives, ou encore rediffusion de concerts, le tout avec l’envie d’écouter les artistes explorer le son. Musiques électroacoustiques, concrètes, électroniques, d’avant-garde ou même improvisées sont au programme. C’est l’émission consacrée au field recording qui a attiré mon attention sur l’émission, puis j’ai écouté ensuite celle consacrée à Pierre Henri. Une belle porte d’entrée dans l’univers de ce créateur de sons :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *