Gestionnaire de signets

Ça fai­sait quelques temps que je réfléchis­sais à la manière de partager les liens qui m’in­téressent… Mon site en est rem­pli, depuis la par­tie prin­ci­pale jusqu’au wiki… Mais voilà, impos­si­ble de faire des recherch­es dedans, c’est vrai­ment mal foutu, pas de classe­ment, etc.

Je louchais avec envie du côté de deli­cious, mais le fait de met­tre sur un serveur com­mun mes book­marks ne me plai­sait pas trop. Je cher­chais une solu­tion plus indépen­dante.

Et puis hier j’ai décidé de me pren­dre par la main, et de rechercher pour de vrai si un pro­jet libre ne cor­re­spondait pas à mes attentes. Et je suis tombé sur scut­tle. Pas encore super com­plet, mais déjà très fonc­tion­nel, et encore main­tenu, con­traire­ment aux dix­aines de pro­jets équiv­a­lents que l’on trou­ve un peu partout à l’a­ban­don.

Bref, j’ai instal­lé une instance de scut­tle sur ce site, et j’e­spère le nour­rir régulière­ment. Vous le trou­verez à l’adresse suiv­ante :

Pour info, « book­mark man­ag­er » est un bon mot-clé pour chercher des moteurs de ce type.

Sos enfance partagée

Il y a main­tenant près d’un an, je fai­sais part ici de la dan­gerosité d’une asso­ci­a­tion aux posi­tions archaïques et agres­sives lors de sépa­ra­tions famil­iales.

Depuis, leur atti­tude n’a pas évolué dans un sens appré­cia­ble, comme en témoigne notam­ment les mul­ti­ples com­men­taires sur ce bil­let datant d’un an. Aus­si, avec plusieurs autres per­son­nes dont les posi­tions étaient proches de la mienne, nous avons décidé de mon­ter un col­lec­tif.

Le col­lec­tif se nomme donc sos enfance partagée, et son site inter­net http://sos-enfance-partagee.org com­mence douce­ment à pren­dre forme. L’une de nos pre­mières reven­di­ca­tion con­cerne la garde alternée, et le flou qui entoure la pre­mière loi à ce sujet. Si dans l’ab­solu nous ne sommes pas con­tre la garde alternée, le manque de rigueur de cette loi nous alerte, car elle est déjà la rai­son de souf­france de nom­breux enfants, qui subis­sent ce choix sou­vent peu raison­né.

Si cette cause vous intéresse, vous inter­pelle, n’hésitez pas à vous join­dre à nous pour favoris­er une jus­tice respectueuse des enfants, les pre­miers à souf­frir de déci­sions qui les con­cer­nent au quo­ti­di­en.

Enseigne (3)

Sur le chemin pour aller à la gare depuis chez moi, la vit­rine d’une bou­tique aban­don­née attire tou­jours mon atten­tion. Jusqu’à présent, je n’avais jamais d’ap­pareil pho­to quand je pas­sais devant… Pas pos­si­ble de vous la faire partager. Et puis la semaine dernière, magie, un peu de temps et un appareil pho­to ont suf­fit. Voici donc l’en­seigne la plus drôle de Cler­mont-Fer­rand.

Façade du magasin

Tout d’abord, vous noterez l’aspect délabré, délavé de la façade… Rien de bien orig­i­nal pour un mag­a­sin aban­don­né. Mais appro­chons-nous un peu…

Zoom sur l’affiche

… et appré­ciez la pub­lic­ité de la façade « ravale­ment et pein­ture de façade ». Vis­i­ble­ment, c’est un peu raté comme pub.

Mais ce n’est pas ce qui m’a­muse le plus. Observez la qual­ité de la réclame « Encore une solu­tion ! » Il est évi­dent que c’est à cause de ce slo­gan que le mag­a­sin a coulé. Com­ment peut-on van­ter les mérites de sa solu­tion en appuyant sur le fait qu’il en existe d’autres, et que celle-ci n’en est qu’une nou­velle ?

Voilà, vous con­nais­sez main­tenant mon diver­tisse­ment le long du tra­jet pour pren­dre le train… :)

Billet qui se lève tôt

Bigre !

La France qui se lève tôt est en marche… arrière !

Bien mal­gré nous, et pour des raisons indépen­dantes de notre volon­té (voir ici, et ), nous avons fait par­tie de la France qui se lève tôt. C’é­tait l’oc­ca­sion rêvée pour nous d’aller s’habituer à cette vie mati­nale qui doit doré­na­vant devenir notre quo­ti­di­en.

Après avoir passé quelque temps à plan­i­fi­er la journée avec soin, l’im­mer­sion com­mence par le marché. La journée est déjà bien avancée, il est alors déjà 8h30 lorsque nous arrivons aux pre­miers étals. Quelle n’est pas notre sur­prise de décou­vrir le marché qua­si­ment vide ! Est-il déjà trop tard ? À y réfléchir, cette hypothèse nous sem­ble improb­a­ble sachant qu’il faut tra­vailler plus !

Nous sup­posons alors que c’est plutôt une con­séquence des nou­velles habi­tudes des clients : Ceux-ci devant se lever tôt et tra­vailler dur, ils ne peu­vent plus venir flân­er devant les étals. C’est donc avec quelques inquié­tudes que nous nous sommes demandés si l’ar­rêt de mort des marchés n’avait pas été signé.

Nous avons con­tin­ué notre immer­sion dans cette nou­velle vie vers l’épicerie asi­a­tique du coin sur le coup des 9 heures. Mal­heureuse­ment à cette heure-ci le Bui-Bui était fer­mé. Cela ne nous étonne que peu.

Cette bou­tique étant tenue par des jeunes ils ont du pass­er toute la nuit au BBox, ils ne se sont prob­a­ble­ment pas encore mis à ce nou­veau mode de vie de dur labeur…

Devant tant de dif­fi­cultées — les nou­velles prérog­a­tives n’é­tant man­i­feste­ment pas encore au goût du jour — nous déci­dons d’aller atten­dre un peu à la ter­rasse d’un bistrot, prof­iter de ce soleil fur­tif qui tra­verse une péri­ode bien capricieuse. Et là c’est le drame ! toutes les ter­rass­es qui se prè­tent à notre vue sont fer­mées, décidé­ment c’est général­isé.

Nous ne nous découra­geons pas pour autant et déci­dons d’aller tra­vailler. En effet il ne suf­fit pas de se lever tôt, mais il faut égale­ment boss­er dur ! Nous finis­sons donc par échouer au Bureau et com­mençons à tra­vailler cet arti­cle.

Photo de l’équipe au bureau

Moral­ité : la France qui se lève tôt est une France bour­rée…

de tal­ent.

Ce bil­let, co-écrit avec Don­na et Bren­don, est égale­ment disponible sur leurs blogs respec­tifs.

Passage à wordpress

Depuis le début de ce blog, j’u­til­i­sais dot­clear, la pre­mière ver­sion du nom. J’é­tais assez sat­is­fait, je l’avais mod­i­fié sur de nom­breux points pour qu’il cor­re­sponde à ce que je voulais en faire…

Mais voilà, sur cer­tains points il ne me con­ve­nait pas. Ce qui m’a fait défini­tive­ment envie d’en chang­er, c’est la manière dont le développe­ment de la ver­sion 2 de dot­clear a été gérée. Le développe­ment à code fer­mé, sans suiv­re les sug­ges­tions des util­isa­teurs, très proche de l’e­sprit mozil­la foun­da­tion, ne m’a vrai­ment pas plut.

Aus­si je passe aujour­d’hui à word­press… Je ne sais pas encore si vos aggré­ga­teurs s’en sor­tiront, j’e­spère réus­sir à faire les redi­rec­tions htac­cess qu’il faut… On ver­ra si ça marche.

Ayant refait le thème du blog pour word­press, je le met en ligne, comme l’é­tait la ver­sion dot­clear. Vous la trou­verez ici : jmtrivial.tbz2

Festival du film engagé

L’été approche, on le sent. Les fes­ti­vals et autres ani­ma­tions cler­mon­tois­es com­men­cent à fleurir. Après les arts en balade hier, un nou­v­el événe­ment : du 16 au 20 mai 2007, le Fes­ti­val du film engagé, organ­isé par l’Uni­ver­sité pop­u­laire et citoyenne du Puy-de-Dôme. Le pro­gramme sem­ble assez divers, et les films suff­isam­ment rarement pro­jetés pour que ce soit intéres­sant.

Liberté, Égalité, Fraternité

Lib­erté
« les four­nisseurs d’ac­cès à Inter­net […] con­ser­vent toutes les traces des inter­nautes et des abon­nés au mobile » (Le Monde, 20 avril 2007)
Après la mul­ti­pli­ca­tion des caméras de sur­veil­lance dans les com­munes aux munic­i­pal­ités UMP et FN, l’ar­rivée des passe­ports élec­tron­iques, on nous promet un inter­net sym­pa­thique.

Égal­ité
«  la pos­si­bil­ité de tra­vailler plus pour gag­n­er plus » (Pro­gramme prési­den­tiel 2007 de Nico­las Sarkozy)
Quand il n’y a déjà pas assez de tra­vail pour toute la pop­u­la­tion, il n’est pas très égal­i­taire d’au­toris­er ceux qui ont déjà un tra­vail à pou­voir tra­vailler encore plus.

Fra­ter­nité
« racailles », chômeurs « ne [refusent pas] plus de deux offres d’emploi suc­ces­sives qui cor­re­spon­dent à [leur] for­ma­tion », etc.
Frag­menter la pop­u­la­tion et la dress­er les uns con­tre les autres, quel bel exem­ple de fra­ter­nité…

« La France, tu l’aimes ou tu la quittes », a dit notre futur prési­dent ? Vu le peu de cas qu’il fait des valeurs fon­da­tri­ces de notre démoc­ra­tie, on peut con­sid­ér­er qu’il doit lui aus­si nous quit­ter, non ? Ou alors ce n’est pas un homme de parole…

Bergen, Norvège

Je suis un peu assom­mé par le résul­tat — certes atten­du — de l’élec­tion prési­den­tielle, aus­si je préfère écrire un bil­let sur un autre sujet… La semaine dernière, j’é­tais accueil­li dans un lab­o­ra­toire de recherche avec lequel j’ai com­mencé à tra­vailler, à Bergen, en Norvège.

Alors qu’il avait plut sans inter­rup­tion pen­dant 80 jours, j’ai eu la chance énorme d’ar­riv­er au moment où le soleil fai­sait son appari­tion majestueuse. Je vous laisse appréci­er les pho­tos :