WikiJmTrivial

ArticleLogicielsLibres

PagePrincipale :: DerniersChangements :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-54-221-93-187.compute-1.amazonaws.com
Description
Article sur les logiciels libres -faisant suite à une conférence- qui sera publié dans la revue de l' ADASTA.
Auteurs: (http://jmtrivial.info/linux-arverne/auteursArticleLL.jpg)
Supports:

Les Logiciels Libres


Depuis les premières idées de Turing jusqu'aux supercalculateurs toujours plus performants dans la recherche de la puissance, quelques décennies se sont écoulées. L'informatique a évolué, quittant doucement les laboratoires de recherche pour devenir accessible au grand public. Aujourd'hui, cette science est devenue un outil majeur de notre quotidien, à la fois complexe par son fonctionnement interne et accessible d'utilisation.
Malgré sa complexité technique et scientifique, un ordinateur n'est pourtant rien d'autre qu'un automate très rapide, qui ne sait résoudre que des petits problèmes simples. L'apparente ingéniosité de cet outil réside dans la performance des concepteurs de logiciels, qui ont pour rôle d'exprimer dans un langage rigoureux la suite d'opérations élémentaires qui mènera à l'exécution réussie d'une tâche.
Cependant, le seul langage que comprend un ordinateur est binaire et n'est formé que de 0 et de 1. Ce langage est structuré sous forme d'instructions basiques difficiles à appréhender aisément par les humains. C'est pourquoi les concepteurs de logiciels expriment leurs idées dans un langage certes rigoureux, mais aussi compréhensible : il comporte une structuration en langage naturel codifié (voir figure 1) aisément manipulable. On parle de code source. La transformation en un programme compréhensible par l'ordinateur est alors réalisée par un compilateur. Cette compilation produit un exécutable (ou code binaire) correspondant à la transcription exacte du programme initial dans le langage binaire.
Or, autant il est facile de transformer un code source en un programme binaire exécutable, autant l'opération inverse est quasi impossible: si l'on ne dispose que du programme binaire, on ne peut appréhender complètement le fonctionnement de ce programme.

Issu des milieux universitaires, le Logiciel Libre propose un cadre juridique et fonctionnel à la diffusion de programmes accompagnés de leur code source, offrant ainsi à l'utilisateur de nombreuses libertés lui garantissant une utilisation sereine.
Nous présenterons ici l'histoire du Logiciel Libre, ainsi que le mode de fonctionnement quotidien de la communauté. Nous verrons également comment ces logiciels sont distribués, comment tout le monde peut participer à leur amélioration, et comment leur utilisation apporte de réels bénéfices à tous.

Naissance du Logiciel Libre

Jusque dans les années 70, l'informatique était un domaine essentiellement universitaire et militaire. La complexité de l'outil rendait très difficile son approche par le grand public. Pendant toute cette période, la plupart des logiciels qui servaient à faire fonctionner les ordinateurs étaient distribués accompagnés de leur code source, et les utilisateurs avertis avaient alors le loisir de modifier leurs comportements.
Cependant au début des années 80, avec la démocratisation de l'accès à ces machines, plusieurs entreprises de conception de logiciels émergèrent. Elles choisirent de vendre uniquement les versions binaires des logiciels, sans distribuer les sources: les logiciels étaient devenus propriétaires, impossible d'en modifier le comportement. Les utilisateurs achetaient alors uniquement un droit d'utilisation du logiciel, et non plus le logiciel lui-même.

C'est devant ce constat que Richard M. Stallman, alors chercheur au MIT, décida de lancer le projet GNU (pour « GNU is Not Unix », acronyme récursif qui décrit le projet en référence aux système UNIX existants). L'idée principale du projet était de proposer un cadre juridique permettant de distribuer des logiciels de manière libre, accompagnés de leur code source, et offrant de réelles libertés à l'utilisateur (voir l'encadré sur les 4 libertés).

Le projet commença doucement dès 1984. Au début des années 90, l'ensemble des briques constituant un système d'exploitation libre existait sous licence libre, excepté un élément fondamental: le noyau. Ce logiciel est le cœur du système d'exploitation, l'outil qui permet aux logiciels de dialoguer correctement avec le matériel. C'est alors que Linus Torvalds, un étudiant en informatique finlandais diffusa sous licence libre une première version de son système d'exploitation nommé Linux.

En quelques années, le système d'exploitation GNU/Linux (composé du noyau Linux et des logiciels libres du projet GNU) est devenu un acteur majeur dans de nombreux domaines, depuis les serveurs internet jusqu'à la bureautique en passant par les bornes interactives et les lecteurs multimédia de salon. C'est l'un des rares systèmes d'exploitation à fonctionner sur la quasi-totalité des ordinateurs disponibles sur le marché.


En pratique

L'émergence des logiciels libres a été conditionnée par l'accessibilité d'un réseau électronique planétaire: internet. Ce réseau a d'ailleurs très tôt profité de la stabilité et de la performance des logiciels libres. Aujourd'hui encore, près de 70% de l'infrastructure d'internet repose sur des logiciels libres. On peut par exemple citer le serveur apache qui assure le fonctionnement de nombreux sites internet, ou encore postfix qui assure les correspondances par courriel. La flexibilité des logiciels libres le place également aujourd'hui parmi les principaux logiciels qui équipent les appareils programmables évolués (lecteurs multimédia de salon, routeurs wifi, etc).
On pourrait croire avec la présence dans ces marchés très pointus que le logiciel libre n'est pas accessible au quotidien pour des non informaticiens. Ce serait ignorer la percée que réalise le système d'exploitation GNU/Linux depuis quelques années maintenant.

Un large choix de logiciels
Il existe aujourd'hui un large choix de logiciels libres couvrant tous les domaines d'application. On en dénombre par exemple près de 20000 fonctionnant sous Debian GNU/Linux. Le nombre impressionnant de ces logiciels pourrait laisser croire qu'il n'y a pas ou peu de cohérence entre eux, et que leur utilisation est complexe et réservée aux spécialistes. Il n'en est rien.
En effet, plusieurs projets et entreprises ont choisi de regrouper autour du noyau Linux l'ensemble des outils nécessaires pour former un ensemble complet de logiciels. Cet ensemble de logiciels s'appelle une distribution, et peut être simplement installé à l'aide d'un CD-Rom téléchargeable sur internet ou procurable dans le commerce.

De nombreux logiciels libres sont également disponibles sous des systèmes d'exploitation non libres, comme par exemple OpenOffice?.org ou Mozilla Firefox sous Microsoft Windows ou Mac OS X. Ils permettent de découvrir progressivement la puissance et la flexibilité de ces outils avant une migration plus générale.

Une solution logicielle répandue
Loin d'être anecdotique le choix d'une solution libre a été faite par de nombreuses collectivités ou entreprises de grande envergure. Parmi celles-ci, on peut citer la migration de la Gendarmerie Nationale qui en janvier 2006 a choisi OpenOffice?.org, Mozilla Firefox et Mozilla Thunderbird pour équiper l'ensemble des postes du personnel. Plus récemment, Peugeot PSA a migré 20000 postes de travail et 2500 serveurs sous la distribution Suse GNU/Linux. De nombreuses structures de plus petite taille ont aussi fait ce choix, démocratisant les outils libres dans tous les secteurs professionnels.
Bien évidemment, les universitaires ont dès le début adhéré massivement aux solutions libres, en utilisant et en développant ces outils au quotidien. Outre l'infrastructure réseau et les machines de bureau dans le campus clermontois, on peut citer plusieurs grilles de calcul fonctionnant exclusivement sous GNU/Linux.

Les acteurs du Logiciel Libre se réunissent également pour concevoir et développer des solutions logicielles pérènes pour les professionnels, réduisant chaque jour les secteurs d'activité sans logiciel libre.

Effervescence

La plupart des logiciels libres sont développés par des particuliers passionnés par le développement de logiciel, et désireux de partager le fruit de leur passion. Ces développeurs pratiquent cette activité sur leur temps libre, à titre bénévole. On assiste donc à un foisonnement de logiciels libres initiés par une multitude de personnes. Une fois un projet de logiciel libre commencé, de nouveaux développeurs sont généralement les bienvenus pour apporter leur contribution au développement du projet. Cette contribution prend généralement la forme de programmation informatique, mais d'autres formes de contributions sont également possibles :

Ainsi, la diversité des contributions possibles permet à toute personne intéressée d'améliorer le logiciel. La dynamique des logiciels libres est ainsi propulsés par l'implication directe des utilisateurs dans le cycle de développement des projets.
Cette multiplicité des tâches est propice à la création de nombreux groupes de travail qui coordonnent leurs efforts pour produire un ensemble d'outils cohérents et complets. Cette dynamique assure un cycle de développement accéléré comparé à celui de la concurrence propriétaire.

Économie

Cependant, tous les logiciels libres ne sont pas issus de ce bénévolat.
Certaines entreprises (leur nombre croit d'année en année) contribuent aux développement de logiciels libres aussi bien en libérant leurs projets qu'en assurant un support de classe professionnelle pour les entreprises qui utilisent leurs logiciels libres. Certaines entreprises s'associent à des projets pour financer le développement de fonctionnalités additionnelles.
Les aides d'entreprises aux logiciels libres sont donc multiples, permettant de diversifier les axes de développement de nombreux projets libres.

D'autre part, la plupart des entreprises semsibilisées au Logiciel Libre sont enclintes à utiliser ce modèle de diffusion pour les produits qu'elles peuvent être amenées à développer: l'offre libre s'accroît encore par ce vecteur.

Conclusion

Nous avons vu à travers cet article que les logiciels libres avaient émergé des milieux universitaires, reprenant les idées de diffusion libre des connaissances pour offrir aux utilisateurs des libertés pérènes.
La communauté des utilisateurs et développeurs de logiciels libres s'est étoffée depuis les universitaires, en passant par les passionnés, pour maintenant atteindre les milieux professionnels. La démocratisation de ces solutions logicielles permet aujourd'hui d'envisager une utilisation dans tous les domaines d'activité, depuis le loisir jusqu'à l'utilisation au sein de l'entreprise.


Remerciements: les auteurs tiennent à remercier Annaïg Denis et Vincent Barra pour leur soutien et leurs remarques pertinentes.

Bibliographie




Zoom sur Wikipédia

Créée en 2000 par Jimmy Wales et Larry Sanger, Wikipédia est une encyclopédie dont le fonctionnement s'inspire des logiciels libres. Elle se présente sous la forme d'un site internet (accessible à l'adresse http://fr.wikipedia.org) dont chacune des pages est librement modifiable, permettant à tous les visiteurs d'apporter les informations manquantes.
L'accroissement de Wikipédia est vertigineux, ainsi on peut compter au 27 janvier 2007 près de 435 000 articles en français, et plus de 6 millions dans les 249 langues disponibles. L'encyclopédie est devenue en quelques années une source d'information incontournable. Ainsi en novembre 2006, le cabinet de mesure d'audience comscore a estimé que Wikipédia était le 6ème site le plus visité au monde.
L'objectif du projet Wikipédia est de proposer une encyclopédie libre, universelle et multilingue, dans un respect de la « neutralité de point de vue ».
Cependant, l'aspect collaboratif du fonctionnement de Wikipédia lui est souvent reprochée, notamment par la presse traditionnelle, bien que celle-ci s'en serve de plus en plus fréquemment comme source d'information. Ces craintes ont en partie pour cause la méconnaissance du fonctionnement de l'encyclopédie, qui pourrait laisser penser que le contenu, laissé en libre modification tendrait à produire un document d'une qualité moindre que les équivalents propriétaires.
Une étude comparative du magazine scientifique Nature publiée le 15 décembre 2005 ( Jim Giles, « Internet encyclopædias go head to head », dans Nature, December 15, 2005: 900-01) portant sur 50 articles du domaine scientifique issus de la version anglaise de Wikipédia et de l'Encyclopædia Britannica a néanmoins montré que le nombre d'erreur contenues dans les articles des deux encyclopédies était sensiblement équivalente. De plus, la vigilance constante des contributeurs réguliers sur les articles de leur domaine assure une correction très rapide des vandalismes, souvent de l'ordre de la minute.

Afin de promouvoir l'encyclopédie, et dans le but de réunir le budget nécessaire au fonctionnement technique de Wikipédia, la fondation Wikimédia a été créée en 2003. Elle emploie aujourd'hui une dizaine de personnes, comptables, développeur et techniciens pour l'essentiel. Ce faible nombre est rendu possible par l'implication d'un grand nombre de bénévoles dans le projet. Ainsi, depuis novembre 2006, la fondation Wikimédia est présidée par Florence Nibart-Devouard, une bénévole qui réside à Clermont-Ferrand et consacre tout son temps à la gestion du projet international.

La fondation est également à l'origine d'autres projets fonctionnant sur le même principe que Wikipédia. Parmi ceux-ci, on peut citer le dictionnaire Wiktionary, la bibliothèque de livres pédagogiques Wikibooks ou encore la base de documents multimédia Wikimedia Commons qui offrent un large panel de documents accessibles sous licence libre.

Pour aller plus loin




Zoom sur l'Art Libre

Depuis maintenant quelques années, les logiciels libres offrent un tout cohérent, permettant de répondre à la majeur partie des besoins quotidiens des utilisateurs. Avec la diversité des solutions logicielles proposées, on a vu émerger de nouveaux besoins. Il était évident que les logiciels devaient être agréables à utiliser, esthétiques. C'est ainsi que les premiers graphistes sont venus contribuer au Logiciel Libre. Puisqu'il était distribué librement, il était évident que les créations graphiques devaient l'être. Les premières briques de l'Art Libre étaient posées.

Après quelques années de créations artistiques sous licences libres, de nombreux domaines ont suivi l'exemple du graphisme. On peut par exemple citer le portail dogmazic.net qui propose en téléchargement légal et gratuit de la Musique Libre, ou encore artlibre.org qui se propose comme un annuaire général d'artistes produisant sous la licence libre éponyme.


Pour aller plus loin




Zoom sur les 4 libertés

Tout logiciel, qu'il soit issu du logiciel libre, ou qu'il soit distribué de manière fermée, est accompagné d'une licence d'utilisation. Ce document décrit ce que l'utilisateur peut ou non faire avec le logiciel, et dans quel contexte. La plupart des logiciels propriétaires ont une licence qui décrit les interdictions et restrictions d'utilisation qui sont autorisées.
Les logiciels libres sont au contraire distribués accompagnés d'une licence qui décrit les libertés assurées à l'utilisateur.

La Free Software Foundation (FSF) créée par Richard M. Stallman en 1985 pour aider au fonctionnement du projet GNU a ainsi définit les 4 libertés fondamentales qu'une licence doit offrir aux utilisateurs afin que le logiciel correspondant soit dit libre:

Ces quatre libertés assurent que le logiciel, composé d'une suite logique d'instructions élémentaires, pourra être utilisé et partagé sans restriction. Dans les faits, cela permet à l'utilisateur d'avoir accès à des logiciels de qualité, dont l'amélioration est vertigineuse: en quelques années, le système d'exploitation libre GNU/Linux est passé d'un outil d'initiés à une solution informatique fiable, complète et simple d'accès.


Pour aller plus loin


Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]