Paris, la forme d’une ville, de Michaël Darin

Alors que le pro­jet ACTIVmap vient d’obtenir le sou­tien de l’Agence Nationale de la Recherche, je con­tin­ue à m’in­téress­er aux ques­tions d’urban­isme et de car­togra­phie.

Et quoi de mieux qu’un mois de juil­let canic­u­laire pour se plonger dans un bon bouquin. Je suis donc tombé à la médiathèque de jaude sur un exem­plaire de Paris, la forme d’une ville, de Michaël Darin, sous-titré pré­cis d’anatomie urbaine, du moyen-âge à nos jours. 216 pages riche­ment illus­trées de pho­tos récentes et d’archives, de plans, de cartes, de dessins de façades…

Out­re ces très bonnes illus­tra­tions, j’ai beau­coup aimé l’an­gle dévelop­pé par l’au­teur, qui pro­pose pas à pas de com­pren­dre la stuc­ture de la ville, depuis l’échelle du bâti­ment jusqu’au Paris du périphérique. On perçoit au fil des siè­cles qui passent le com­plexe mélange de cha­cune des déci­sions poli­tiques, par­fois suiv­ies d’ef­fets, jamais pleine­ment abouties, et des volon­tés indi­vidu­elles, des usages privés de la ville, qui ont fait de la cap­i­tale ce qu’elle est aujour­d’hui.

On y retrou­ve l’his­toire de prom­e­nades et des boule­vards, évo­quée dans Paris-Lon­dres, les mod­i­fi­ca­tions con­stantes des voies de cir­cu­la­tion pour sat­is­faire aux nou­veaux modes de trans­port, les proces­sus d’ex­pan­sion de la ville, et les dif­férentes typolo­gies de quartiers et de rues.

Tou­jours illus­trés de pho­togra­phies, les chapitres se suiv­ent, évo­quant l’hétérogénéité de style ou d’époque d’une rue, celles qui au con­traire ont une cohérence, les lotisse­ments, les îlots restruc­turés, les pro­jets archi­tec­turaux du XXe siè­cle…

À dévor­er.