Poussière rouge, de Jackie Kay

J’aime beau­coup lire ce qu’écrit le col­lec­tif Cas­es Rebelles, dont le site inter­net porte le sous-titre PanAfroRévo­lu­tion­naires. On y lit de l’afroféminisme, de l’autodéfense, de la cul­ture des luttes, des points de vue sur les poli­tiques migra­toires crim­inelles, et plein d’autres choses pas­sion­nantes. On peut les suiv­re sur Face­book, sur le super site inter­net, et le col­lec­tif Cas­es Rebelles a même un pod­cast !

Récem­ment, ils pro­po­saient la lec­ture de Pous­sière Rouge, de Jack­ie Kay. À la médiathèque de Jaude, le livre n’était pas emprun­té, alors j’en ai prof­ité. 

Ce livre est vrai­ment chou­ette, il racon­te le par­cours de l’autrice, poète, nou­vel­liste et roman­cière, à la recherche de ses par­ents biologiques. Élevée en Écosse par un cou­ple de com­mu­nistes plein d’humour et de pétil­lant, Jack­ie inter­roge son his­toire per­son­nelle, elle qui n’a pas la même couleur de peau que ses par­ents. Au fil de son réc­it, on décou­vre ses inter­ro­ga­tions sur l’héritage biologique et social, sa redé­cou­verte du racisme, sa place en tant que femme dans cette his­toire, le poids des croy­ances, des reli­gions, des his­toires de famille.

On se promène à Lagos, à Aberdeen, dans des coins reculés, à Glas­gow aus­si.

2 thoughts on “Poussière rouge, de Jackie Kay”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.