Cartographier l’accessibilité

Ce ven­dre­di, nous organ­i­sions avec Gau­thi­er une car­topar­tie dans le cadre de la nuit de la géo­gra­phie. Qu’est-ce qu’une car­topar­tie ? Il s’ag­it d’une action de con­tri­bu­tion col­lec­tive à Open­StreetMap, le Wikipé­dia des cartes.

Nous avions ciblé notre événe­ment sur la prob­lé­ma­tique de l’ac­ces­si­bil­ité : quels sont les équipements ou infor­ma­tions que l’on peut ren­seign­er dans la base de don­nées géo­graphique, et qui per­me­t­traient de faciliter l’ap­pro­pri­a­tion de l’e­space par des per­son­nes en sit­u­a­tion de hand­i­cap ? En par­courant le wiki du pro­jet, nous avions décou­vert les infor­ma­tions que l’on peut ren­seign­er : acces­si­bil­ité des étab­lisse­ments rece­vant du pub­lic, qual­ité de l’équipement de pas­sages pié­tons, ram­pes d’ac­cès, con­fig­u­ra­tion d’escaliers…

Nous avions focal­isé notre action aux alen­tours de l’IADT, situé au sud du jardin Lecoq. Nous avons donc col­lec­té les infor­ma­tions con­cer­nant les entrées de bâti­ments, les pas­sages pié­tons, les ram­pes et les escaliers, en doc­u­men­tant :

  • Entrées de bâti­ments : leur posi­tion sur la façade du bâti­ment pour per­me­t­tre un guidage jusqu’à la porte.
  • Pas­sage pié­ton : la présence et la qual­ité de bateaux per­me­t­tant à un fau­teuil roulant de l’emprunter, la présence de ban­des podotac­tiles, et leur qual­ité, mais égale­ment la présence d’un dis­posi­tif sonore des­tiné à ren­dre acces­si­ble l’é­tat du feu aux défi­cients visuels.
  • Ram­pes  la présence et l’ori­en­ta­tion de ram­pes d’ac­cès aux bâti­ments publics.
  • Escaliers  la présence d’escaliers, le fait qu’ils soient équipés de rampe, de bande podotac­tile, leur nom­bre de march­es.

En nous doc­u­men­tant sur la manière de décrire les escaliers, nous avons décou­vert que la seule manière actuelle­ment stan­dard de décrire les escaliers était d’en dessin­er le tracé du par­cours, et non l’emprise au sol de la volée de march­es (voir la fig­ure ci-dessous, sché­mas du haut). Si pour un escalier étroit et long, cela ne pose pas de prob­lème, com­ment décrire les choses quand les escaliers sont plus com­plex­es, comme par exem­ple devant la fac­ulté de droit à Cler­mont-Fer­rand ? On peut par exem­ple décrire plusieurs itinéraires alter­nat­ifs, cou­vrant à plusieurs endroits les escaliers. Mais une autre piste, qui com­mence à être pro­posée, con­sis­terait à décrire l’emprise au sol par une région, et à la con­necter ensuite à des chemins de cir­cu­la­tion situés au dessus et en dessous (voir la fig­ure ci-dessous, sché­mas du bas).

Voilà un exem­ple qui illus­tre la com­plex­ité de la descrip­tion des don­nées géo­graphiques, mais qui sont pour­tant essen­tielles pour être capa­bles de décrire cor­recte­ment un envi­ron­nement com­plexe, notam­ment dans le pro­jet ACTIVmap que nous avons ini­tié cette année. Affaire à suiv­re !