Carte ancienne de Clermont-Ferrand

Il y a quelques jours, j’ai assisté à une balade organisée par la bibliothèque du patrimoine de Clermont-Ferrand, autour de la rue Ballainvilliers et le quartier du Tournet. La présentation disait :

Avec ses nombreuses petites maisons très resserrées, ses ruelles et ses impasses, le quartier du Tournet ne répondait pas aux règles de l’urbanisme planifié ! Des années 1930 aux années 1970, il fut presque entièrement rasé pour laisser la place à des immeubles de logement et des édifices publics. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les intendants d’Auvergne avaient déjà ordonné des travaux importants. Ils firent abattre les murailles qui enserraient le Tournet à l’est, au sud et à l’ouest. Sur l’emplacement des fossés, ils engagèrent l’aménagement de larges boulevards (actuels voies Ballainvilliers, Malfreyt et Clémenceau). Après 1790, des opérations d’alignement furent aussi menées dans le quartier, tandis qu’au nord, après la destruction de l’église Saint-Genés, une place fut créée. Aujourd’hui, de nombreux bâtiments intéressants embellissent le quartier, par exemple la halle au blé, la poste centrale, l’immeuble Bargoin, mais aussi l’obélisque du monument Desaix.

La matinée a commencé par la visite de quelques pièces conservées aux archives, des plans historiques du quartier, des projets architecturaux de façades et de l’obélisque. Puis la déambulation nous a amené le long du quartier, où nous avons appris un peu plus sur ce quartier, son histoire, son évolution. C’était tout simplement passionnant.

Datation d’une carte

De retour chez moi, je me suis rappelé de la carte du centre de Clermont-Ferrand que j’avais acheté pour une poignée d’euros des années auparavant. Je me suis empressé d’y jeter un coup d’œil…

Carte de Clermont-Ferrand

Je m’étais déjà interrogé sur la date exacte de la publication de cette carte, dont le feuillet a été extrait d’un atlas édité par la maison Fayard de Paris. Aucune information n’aide à dater directement le dessin. Mais grâce à la visite organisé par la bibliothèque du patrimoine, j’ai quelques indices : la carte date d’après le redressement du boulevard Lafayette, après que la place Lecoq ait été déplacée vers le nord. Cependant, le musée Bargoin n’apparaît pas sur la carte, le fond de Jaude et le quartier du Tournet autour de la poste Saint-Eloi sont encore un dédale de vieilles bâtisses, mais le mur d’enceinte a disparu. J’ai donc collecté puis daté quelques informations, et voilà ce que l’on peut dire :

  • La carte date d’après 1858, car on y voit le chemin de fer de Paris à Nîmes. Or, la ligne Paris – Clermont-Ferrand a été ouverte en 1858.
  • il n’y a pas encore le musée Bargoin, dont l’inauguration a eu lieu en 1903. Nous sommes donc avant 1903.
  • l’école des sages-femmes est limite hors carte, mais ne semble pas encore construite. Elle date de 1892. Nous serions donc avant 1892.
  • la composition du 13e corps d’artillerie, visible sur la carte date de 1870. Nous sommes donc après 1870.
  • Le petit lycée, aujourd’hui bâtiment B du lycée Jeanne d’Arc a été édifié de 1877 à 1880. On le voit parfaitement sur la carte. Cependant, l’extension vers l’ouest du lycée (aujourd’hui le bâtiment A) a été réalisée en 1899. Nous sommes donc entre 1880 et 1899.

L’état de mes connaissances m’empêche de dater plus précisément cette carte, il faudrait que je me rende à la bibliothèque du patrimoine, mais déjà on obtient une fourchette de 20 ans, ce qui est très raisonnable.

Cartothèque numérique

En menant cette enquête, je suis tombé une nouvelle fois sur le site très intéressant de la cartothèque en ligne de la bibliothèque du patrimoine, où l’on retrouve de nombreuses cartes à la consultation. Mais aucune ne correspond aux années de la mienne. Peut-être est-ce pour des questions de droit d’auteur ? La section contribuer invite à envoyer ses cartes numérisées. Je vais suivre cette voie, et vous tiendrai au courant de la suite de cette aventure…

3 réflexions au sujet de « Carte ancienne de Clermont-Ferrand »

  1. Article passionnant, grand merci !
    Le maire André Moinier est mort en 1880, et il a déjà sa rue sur cette carte. Son successeur Gilbert Gaillard n’a pas encore sa place :) ça confirme ton estimation

  2. Sur le site de la BNF en recherchant avec Arthème Fayard, on trouve plusieurs autres cartes issues de la même collection « 160 plans de villes françaises et étrangères » (comme Lyon, Belfort, Auxerre). Certaines ne sont pas datées mais d’autres indiquent vers 1885 comme année de publication:
    http://data.bnf.fr/15319999/artheme_fayard/
    J’espère que ça fera avancer ton enquête :)

  3. Merci pour ces informations qui confirment mes estimations !
    Sur le plan de Lyon issu de la même série, et hébergée sur la BNF, on peut lire la légende « Atlas National. Plan de Lyon d’après les documents officiels les plus récents ». En parcourant le site de la bibliothèque du patrimoine de Clermont-Ferrand, on voit que la carte la plus récente date de 1850 :
    http://www.bibliotheques-clermontcommunaute.net/cartographie/index.php?option=com_content&view=article&id=62&Itemid=73
    Mais clairement, ce n’est pas la source de mon plan, car plein de détails diffèrent, comme notamment l’implantation des arbres sur les avenues. La place Lecoq a changé de nom entre les deux plans, d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *