Carte ancienne de Clermont-Ferrand

Il y a quelques jours, j’ai assisté à une balade organ­isée par la bib­lio­thèque du pat­ri­moine de Cler­mont-Fer­rand, autour de la rue Bal­lainvil­liers et le quarti­er du Tour­net. La présen­ta­tion dis­ait :

Avec ses nom­breuses petites maisons très resser­rées, ses ruelles et ses impass­es, le quarti­er du Tour­net ne répondait pas aux règles de l’urbanisme plan­i­fié ! Des années 1930 aux années 1970, il fut presque entière­ment rasé pour laiss­er la place à des immeubles de loge­ment et des édi­fices publics. Dans la sec­onde moitié du XVI­I­Ie siè­cle, les inten­dants d’Auvergne avaient déjà ordon­né des travaux impor­tants. Ils firent abat­tre les murailles qui enser­raient le Tour­net à l’est, au sud et à l’ouest. Sur l’emplacement des fos­sés, ils engagèrent l’aménagement de larges boule­vards (actuels voies Bal­lainvil­liers, Mal­freyt et Clé­menceau). Après 1790, des opéra­tions d’alignement furent aus­si menées dans le quarti­er, tan­dis qu’au nord, après la destruc­tion de l’église Saint-Genés, une place fut créée. Aujourd’hui, de nom­breux bâti­ments intéres­sants embel­lis­sent le quarti­er, par exem­ple la halle au blé, la poste cen­trale, l’immeuble Bar­goin, mais aus­si l’obélisque du mon­u­ment Desaix.

La mat­inée a com­mencé par la vis­ite de quelques pièces con­servées aux archives, des plans his­toriques du quarti­er, des pro­jets archi­tec­turaux de façades et de l’obélisque. Puis la déam­bu­la­tion nous a amené le long du quarti­er, où nous avons appris un peu plus sur ce quarti­er, son his­toire, son évo­lu­tion. C’était tout sim­ple­ment pas­sion­nant.

Datation d’une carte

De retour chez moi, je me suis rap­pelé de la carte du cen­tre de Cler­mont-Fer­rand que j’avais acheté pour une poignée d’euros des années aupar­a­vant. Je me suis empressé d’y jeter un coup d’œil…

Carte de Clermont-Ferrand

Je m’étais déjà inter­rogé sur la date exacte de la pub­li­ca­tion de cette carte, dont le feuil­let a été extrait d’un atlas édité par la mai­son Fayard de Paris. Aucune infor­ma­tion n’aide à dater directe­ment le dessin. Mais grâce à la vis­ite organ­isé par la bib­lio­thèque du pat­ri­moine, j’ai quelques indices : la carte date d’après le redresse­ment du boule­vard Lafayette, après que la place Lecoq ait été déplacée vers le nord. Cepen­dant, le musée Bar­goin n’apparaît pas sur la carte, le fond de Jaude et le quarti­er du Tour­net autour de la poste Saint-Eloi sont encore un dédale de vieilles bâtiss­es, mais le mur d’enceinte a dis­paru. J’ai donc col­lec­té puis daté quelques infor­ma­tions, et voilà ce que l’on peut dire :

  • La carte date d’après 1858, car on y voit le chemin de fer de Paris à Nîmes. Or, la ligne Paris — Cler­mont-Fer­rand a été ouverte en 1858.
  • il n’y a pas encore le musée Bar­goin, dont l’inauguration a eu lieu en 1903. Nous sommes donc avant 1903.
  • l’école des sages-femmes est lim­ite hors carte, mais ne sem­ble pas encore con­stru­ite. Elle date de 1892. Nous seri­ons donc avant 1892.
  • la com­po­si­tion du 13e corps d’artillerie, vis­i­ble sur la carte date de 1870. Nous sommes donc après 1870.
  • Le petit lycée, aujourd’hui bâti­ment B du lycée Jeanne d’Arc a été édi­fié de 1877 à 1880. On le voit par­faite­ment sur la carte. Cepen­dant, l’extension vers l’ouest du lycée (aujourd’hui le bâti­ment A) a été réal­isée en 1899. Nous sommes donc entre 1880 et 1899.

L’état de mes con­nais­sances m’empêche de dater plus pré­cisé­ment cette carte, il faudrait que je me rende à la bib­lio­thèque du pat­ri­moine, mais déjà on obtient une fourchette de 20 ans, ce qui est très raisonnable.

Cartothèque numérique

En menant cette enquête, je suis tombé une nou­velle fois sur le site très intéres­sant de la car­tothèque en ligne de la bib­lio­thèque du pat­ri­moine, où l’on retrou­ve de nom­breuses cartes à la con­sul­ta­tion. Mais aucune ne cor­re­spond aux années de la mienne. Peut-être est-ce pour des ques­tions de droit d’auteur ? La sec­tion con­tribuer invite à envoy­er ses cartes numérisées. Je vais suiv­re cette voie, et vous tiendrai au courant de la suite de cette aven­ture…