Revue de lectures : son, bruit, radio

C’est une habitude qui commence à s’installer sur ce blog : la revue de lectures autour du thème de la création sonore. Après m’être promené du côté de la musique concrète, autour des techniques de production de sons, en passant par la voix, nous voici avec une nouvelle série marquée par la question du bruit, et par l’amour de la radio. Si vous avez raté les épisodes précédents, il n’est pas trop tard : le premier épisode et le deuxième sont bien sûr encore en ligne !

1 3

Il y a peu, j’étais à Nantes avec quelques copains de Radio Campus Clermont-Ferrand pour participer à la neuvième édition du festival [SONOR]. Beaucoup de discussions et de découvertes intéressantes, comme le super Gilles Malatray qui ouvre les portes de l’écoute urbaine, ou encore le travail sur la voix et machines d’Anne-Julie Rollet et Anne-Laure Pigache avec leur projet Parlophonie. Il y avait beaucoup à voir et à entendre, certaines tables rondes étaient vraiment intéressantes.

Pendant toute la durée du festival, le Trempolino accueillait un espace librairie, où j’ai eu du mal à me retenir de butiner. J’ai tout de même été raisonnable, et ne suis reparti qu’avec trois livres sous le bras. Et depuis, j’ai eu entre les mains deux autres livres plutôt chouettes et complémentaires, que j’avais envie de partager ici.

livres-3

Locus sonus, 10 ans d’expérimentation en art sonore, de Jérôme Joy et Peter Sinclair

locus-sonus

Parmi les livres réunis jusqu’à présent dans les pages de ce blog, il manquait tout un pan de l’expression en musique contemporaine, celle qui questionne la manière de diffuser les œuvres proposées. Locus sonus répond en bonne partie à ces attentes. Il s’agit d’un lieu consacré à la fois à la recherche et à la création sonore, qui questionne les nouveaux moyens de diffusion du son, notamment à travers les outils du numérique. Ce livre recueille une série d’articles rédigés au fil des ans par les différents participants à ce projet, initié par Jérôme Joy et Peter Sinclair. On y découvre nombre de questionnements qui font sens pour qui envisage de réaliser des objets sonores à diffuser au delà de la FM.

Histoire de la la radio

histoire-radio

Avant de lire ce livre, j’étais un peu perdu sur la chronologie de la radiodiffusion en France : comment était-on passé des débuts très amateurs et éparpillés à une radio d’état qui avait le monopole des ondes ? Comment s’était diffusé l’usage de la radio dans les foyers, et comment produisait-on la radio dans les décennies passées ? Mais aussi, comment s’étaient succédées les évolutions techniques ? Mes idées là-dessus étaient bien vagues, et cet ouvrage collectif réalisé à l’occasion d’une exposition du Musée des arts et métiers en 2012 permet de balayer tout cet historique, pour comprendre l’histoire des gens et des techniques qui ont fait ce média.

Le goût de la radio et autres sons

gout-radio

Les textes présentés dans ce petit livre de 130 pages ont été choisis par Thomas Baumgartner. Il invite le lecteur à se promener parmi les auteurs qui ont marqué l’imaginaire collectif sur la question du son, depuis les paroles gelées de Rabelais jusqu’à la visite de la maison de la radio par Jacques Roubaud, qui fait vibrer la sonorité des mots, en passant par le témoignage de Kriss, animatrice-productrice sur France Inter qui évoque l’infini de la propagation sonore. Une belle manière de poursuivre les lectures plutôt techniques jusqu’à présent.

L’art des bruits, manifeste futuriste, de Luigi Russolo (1913)

bruit-1913

Parmi les textes cités dans le recueil de Thomas Baumgartner, il y a un court extrait de ce texte de 1913, l’art des bruits, manifeste futuriste. Quelle puissance, quelle clairvoyance quant à l’évolution de la musique et de la création sonore&nbps;! Ce texte, visionnaire, place les bases de ce qui a fait la musique et la création sonore dans le siècle qui a suivi. Un incontournable.

Une histoire de la modernité sonore, Jonathan Sterne

modernite-sonore

En discutant avec Cécile (nous préparons à trois avec Lise une nouvelle émission pour la rentrée, j’en parlerai bientôt ici) de mes lectures récentes, elle m’a très vite invité à lire Jonathan Sterne. L’ouvrage est dense, pointu, il invite à prendre le temps pour bien mesurer l’histoire dense de la modernité sonore, qu’il fait naître avec les outils médicaux tels que le stétoscope. Il questionne les problématiques la reproduction confrontée à l’origine, interroge les dimensions sociales de ces moyens de diffusion. Parsemé d’exemples issus de l’histoire étasunienne de l’enregistrement et de la radiodiffusion, l’ouvrage est également très richement illustré, et n’ayant que lu l’introduction, j’ai déjà du mal à me retenir de le parcourir par bonds successifs et curieux, tant les chapitres semblent plus passionnants les uns que les autres, malgré la forme exigeante de la langue.

Édit : la suite des lectures sur le son, quelques mois plus tard, à lire sur Revue de lectures : bruit, musique, sociologie.

Une réflexion au sujet de « Revue de lectures : son, bruit, radio »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *