Toi aussi, enregistre en qualité pro

Il y a un mois, on discutait sur ce blog de la manière d’améliorer la qualité du son quand on enregistre quelque chose avec un enregistreur numérique. Une des pistes évoquées était d’utiliser un pré-préampli. Avant de dire un peu plus sur le Fethead de TritonAudio, qui est ABSOLUMENT GÉNIAL (!!!), j’ai envie de revenir sur la chaîne de traitement du son. Parce que sinon, on ne comprend pas.

Le schéma ci-dessous raconte en image ce qu’est la chaîne du son. Tout commence par une source, qui produit une vibration de l’air. Cette vibration est captée par un micro, dont le rôle est de transformer cette vibration en signal électrique (ou signal analogique). Souvent, ce signal est faible, alors on utilise un pré-amplificateur pour l’augmenter. Enfin, on utilise un convertisseur numérique pour transformer ce signal en signal numérique (composé de 0 et de 1), compréhensibles et stockables par un ordinateur.

Chacune des étapes (micro, pré-amplificateur, convertisseur numérique) peut être réalisée par du matériel de plus ou moins bonne qualité, avec des technologies très variées. Les enregistreurs numériques comme le Zoom h4n ou le Tascam DR-40 contiennent l’ensemble de ces trois composants, dans une version assez simple, plutôt grand public.

Quand on commence à s’intéresser à la qualité de tout ça, il arrive souvent que l’on veuille améliorer sa chaîne de traitement du son. La première étape que j’ai franchie a consisté à changer de micro. En fait, si on veut améliorer le passage son/signal électrique, la seule solution, c’est de changer de micro. De la même manière, améliorer la conversion analogique/numérique, cela impose de changer le convertisseur. Mais ça, ce n’est pas possible dans un enregistreur numérique. Par contre, on peut très bien remplacer ou compléter le pré-amplificateur interne par un autre pré-amplificateur. Et bien c’est cette histoire-là que je vais raconter aujourd’hui.

fethead

Le pré-ampli TritonAudio FetHead

Le Fethead de TritonAudio est un pré-amplificateur, que l’on place avant le pré-amplificateur de l’enregistreur, afin de réhausser la puissance du signal venant du micro. Vous allez me dire : mais pourquoi le faire avant, alors que c’est le rôle du pré-amplificateur de l’enregistreur ? Et bien il faut l’avouer, ces pré-ampli intégrés sont d’une qualité assez médiocre. Ils sont bien sûr flexibles (on peut régler le gain, c’est-à-dire de combien on augmente le signal), mais ils ajoutent du bruit. Le bruit, c’est ce souffle continu que l’on entend sur un enregistrement de mauvaise qualité. Quand on enregistre, on cherche à n’entendre que ce qui était devant le micro, et on ne veut pas que la chaîne de traitement ajoute quelque chose.

Le FetHead est un tout petit appareil, qui se loge discrètement entre l’enregistreur et le câble du micro, et qui propose une qualité d’amplification sans égal, pour une somme très raisonnable (environ 70 euros sur le site du fabricant). Ce pré-ampli n’est pas réglable, mais il augmente de 28dB la puissance du signal, et sans ajouter une larme de bruit ! Il fallait que je teste ça, et que je vous en parle.

Il existe plusieurs modèles de ce pré-ampli. Dans tous les cas, ils utilisent l’alimentation fantôme pour fonctionner. Il existe une version qui laisse passer l’alimentation fantôme (pour amplifier un micro statique), et une version qui réalise un coupe-bas (afin de filtrer les basses fréquences). J’ai choisi le troisième modèle, qui semble être le plus standard, et correspond mieux à mes besoins. Il ne laisse pas passer l’alimentation fantôme, et n’a pas de coupe-bas.

Les tests

J’ai suivi la même démarche de test avec deux micros différents, en enregistrant une courte phrase avec et sans le Fethead. J’ai bien sûr dû ajuster le gain du pré-ampli de l’enregistreur que j’ai utilisé, pour arriver à un signal presque équivalent à l’oreille.

Micro Sennheiser MD 21

Le premier micro avec lequel j’ai testé le pré-ampli, c’est le Sennheiser MD 21. Un micro mythique, qui a fait l’histoire de la radio, avec lequel on peut partir en reportage sans crainte de ramener du son inexploitable. Un bijou, mais qui manque de puissance, son design datant des années 50. L’un de ses défauts, c’est de manquer de sensibilité. Ça veut dire que le signal qu’il produit est très faible, et qu’il faut beaucoup l’amplifier.

sans-fetheadavec-fethead

Spectres temporels des enregistrements à comparer (Sennheiser MD 21)

Dans l’ordre : sans le Fethead, puis avec Fethead

Il faut cliquer sur les spectres données ci-dessus pour bien comprendre la différence. Ce que l’on voit, c’est qu’avec le Fethead, il n’y a pas cet espèce de fond « moucheté » qui recouvre toutes les parties noires du spectre. Et c’est justement ce moucheté qui est le bruit, ce qu’on entend comme un souffle constant… La qualité à l’écoute est tout simplement géniale avec le fethead : on arrive à une qualité impossible à atteindre normalement avec un matériel d’entrée de gamme comme ces petits enregistreurs !

J’ai aussi pris le temps de regarder le résultat de l’analyse de spectre proposée par ardour, qui fait une synthèse du signal sur toute la durée des extraits.

sans-fethead-spectreavec-fethead-spectre

Spectres globaux des enregistrements à comparer (Sennheiser MD 21)

Dans l’ordre : sans le Fethead, puis avec Fethead

On constate clairement une meilleure résolution dans le signal. Par contre, j’ai du mal à analyser de manière compréhensible la zone noire en bas du spectre issu de l’enregistrement avec Fethead. Si un lecteur comprend ça, je suis intéressé.

Micro AKG D5

J’ai ensuite fait le même test avec un micro récent, dynamique aussi. C’est un micro nettement plus sensible, et je me demandais si on aurait le même type d’amélioration, puisque l’on pousse moins le pré-ampli de l’enregistreur… Le résultat est là aussi très parlant !

akg-sans-fetheadakg-avec-fethead

Spectres temporels des enregistrements à comparer (AKF D5)

Dans l’ordre : sans le Fethead, puis avec Fethead

Là encore, le spectre est très parlant, et l’écoute des fichiers le confirme : l’utilisation de ce pré-ampli augmente grandement la qualité de l’enregistrement.

J’ai aussi reproduit ci-dessous l’analyse spectrale globale d’ardour…

akg-sans-fethead-spectreakg-avec-fethead-spectre

Spectres globaux des enregistrements à comparer (AKF D5)

Dans l’ordre : sans le Fethead, puis avec Fethead

Je suis moins à l’aise avec la lecture de ces diagrammes, si quelqu’un a un mot à dire, je serais content !

La conclusion

La conclusion, c’est que ce petit appareil une tuerie ! Il me semble indispensable avec un micro dynamique, d’autant qu’il est peu sensible comme le MD 21, et que l’on a un pré-ampli de médiocre qualité.

À noter tout de même que l’on ne peut pas régler le gain sur le Fethead. Il faut donc faire attention à ne pas avoir un son trop puissant en entrée, ou un micro très sensible, car alors on aura beau mettre le gain du pré-ampli intégré à zéro, on risquera d’avoir de la saturation.

Enfin, une question me taraude : ne pourrait-on pas utiliser directement sur le Fethead un convertisseur analogique/numérique indépendant, et ainsi abandonner définitivement l’enregistreur ? Évidemment, un enregistreur ne propose pas que cela, mais c’est une idée intéressante…

3 réflexions au sujet de « Toi aussi, enregistre en qualité pro »

  1. Comme tu dis, pour les micros (de qualité) qui sont peu sensible c’est une très bonne idée! :) je vois, que tu as fais les beaux-arts?! :D PS: pour la zone noir des analyses de spectre, il s’agit d’une donnée supplémentaire (de faible définition) , mais qui n’est pas spécifié. A+

  2. Je vois que tu apprécies mon coup de crayon ;)

    Sur les zones noires, je les interprète comme ça : pour une fréquence donnée, on peut lire l’amplitude de l’expression du signal le long du temps (zone colorée). Du coup, les zones noires signifient qu’il n’y à a aucun moment cette fréquence qui s’exprime avec un très faible volume. Ça veut dire qu’il y a toujours dans le signal une partie basse fréquence.
    Mais pas dans le cas du MD 21 sans fethead ? C’est bizarre, je trouve. Ou alors c’est une question de décomposition d’un signal très bruité en fréquences…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *