Toi aussi, enregistre en qualité pro

Il y a un mois, on dis­cu­tait sur ce blog de la manière d’améliorer la qual­ité du son quand on enreg­istre quelque chose avec un enreg­istreur numérique. Une des pistes évo­quées était d’utiliser un pré-préam­pli. Avant de dire un peu plus sur le Fet­head de Tri­tonAu­dio, qui est ABSOLUMENT GÉNIAL (!!!), j’ai envie de revenir sur la chaîne de traite­ment du son. Parce que sinon, on ne com­prend pas.

Le sché­ma ci-dessous racon­te en image ce qu’est la chaîne du son. Tout com­mence par une source, qui pro­duit une vibra­tion de l’air. Cette vibra­tion est cap­tée par un micro, dont le rôle est de trans­former cette vibra­tion en sig­nal élec­trique (ou sig­nal analogique). Sou­vent, ce sig­nal est faible, alors on utilise un pré-amplifi­ca­teur pour l’augmenter. Enfin, on utilise un con­ver­tis­seur numérique pour trans­former ce sig­nal en sig­nal numérique (com­posé de 0 et de 1), com­préhen­si­bles et stock­ables par un ordi­na­teur.

Cha­cune des étapes (micro, pré-amplifi­ca­teur, con­ver­tis­seur numérique) peut être réal­isée par du matériel de plus ou moins bonne qual­ité, avec des tech­nolo­gies très var­iées. Les enreg­istreurs numériques comme le Zoom h4n ou le Tas­cam DR-40 con­ti­en­nent l’ensemble de ces trois com­posants, dans une ver­sion assez sim­ple, plutôt grand pub­lic.

Quand on com­mence à s’intéresser à la qual­ité de tout ça, il arrive sou­vent que l’on veuille amélior­er sa chaîne de traite­ment du son. La pre­mière étape que j’ai franchie a con­sisté à chang­er de micro. En fait, si on veut amélior­er le pas­sage son/signal élec­trique, la seule solu­tion, c’est de chang­er de micro. De la même manière, amélior­er la con­ver­sion analogique/numérique, cela impose de chang­er le con­ver­tis­seur. Mais ça, ce n’est pas pos­si­ble dans un enreg­istreur numérique. Par con­tre, on peut très bien rem­plac­er ou com­pléter le pré-amplifi­ca­teur interne par un autre pré-amplifi­ca­teur. Et bien c’est cette his­toire-là que je vais racon­ter aujourd’hui.

fethead

Le pré-ampli TritonAudio FetHead

Le Fet­head de Tri­tonAu­dio est un pré-amplifi­ca­teur, que l’on place avant le pré-amplifi­ca­teur de l’enregistreur, afin de réhauss­er la puis­sance du sig­nal venant du micro. Vous allez me dire : mais pourquoi le faire avant, alors que c’est le rôle du pré-amplifi­ca­teur de l’enregistreur ? Et bien il faut l’avouer, ces pré-ampli inté­grés sont d’une qual­ité assez médiocre. Ils sont bien sûr flex­i­bles (on peut régler le gain, c’est-à-dire de com­bi­en on aug­mente le sig­nal), mais ils ajoutent du bruit. Le bruit, c’est ce souf­fle con­tinu que l’on entend sur un enreg­istrement de mau­vaise qual­ité. Quand on enreg­istre, on cherche à n’entendre que ce qui était devant le micro, et on ne veut pas que la chaîne de traite­ment ajoute quelque chose.

Le Fet­Head est un tout petit appareil, qui se loge dis­crète­ment entre l’enregistreur et le câble du micro, et qui pro­pose une qual­ité d’amplification sans égal, pour une somme très raisonnable (env­i­ron 70 euros sur le site du fab­ri­cant). Ce pré-ampli n’est pas réglable, mais il aug­mente de 28dB la puis­sance du sig­nal, et sans ajouter une larme de bruit ! Il fal­lait que je teste ça, et que je vous en par­le.

Il existe plusieurs mod­èles de ce pré-ampli. Dans tous les cas, ils utilisent l’alimentation fan­tôme pour fonc­tion­ner. Il existe une ver­sion qui laisse pass­er l’alimentation fan­tôme (pour ampli­fi­er un micro sta­tique), et une ver­sion qui réalise un coupe-bas (afin de fil­tr­er les bass­es fréquences). J’ai choisi le troisième mod­èle, qui sem­ble être le plus stan­dard, et cor­re­spond mieux à mes besoins. Il ne laisse pas pass­er l’alimentation fan­tôme, et n’a pas de coupe-bas.

Les tests

J’ai suivi la même démarche de test avec deux micros dif­férents, en enreg­is­trant une courte phrase avec et sans le Fet­head. J’ai bien sûr dû ajuster le gain du pré-ampli de l’enregistreur que j’ai util­isé, pour arriv­er à un sig­nal presque équiv­a­lent à l’oreille.

Micro Sennheiser MD 21

Le pre­mier micro avec lequel j’ai testé le pré-ampli, c’est le Sennheis­er MD 21. Un micro mythique, qui a fait l’histoire de la radio, avec lequel on peut par­tir en reportage sans crainte de ramen­er du son inex­ploitable. Un bijou, mais qui manque de puis­sance, son design datant des années 50. L’un de ses défauts, c’est de man­quer de sen­si­bil­ité. Ça veut dire que le sig­nal qu’il pro­duit est très faible, et qu’il faut beau­coup l’amplifier.

sans-fetheadavec-fethead

Spec­tres tem­porels des enreg­istrements à com­par­er (Sennheis­er MD 21)

Dans l’ordre : sans le Fet­head, puis avec Fet­head

Il faut cli­quer sur les spec­tres don­nées ci-dessus pour bien com­pren­dre la dif­férence. Ce que l’on voit, c’est qu’avec le Fet­head, il n’y a pas cet espèce de fond « moucheté » qui recou­vre toutes les par­ties noires du spec­tre. Et c’est juste­ment ce moucheté qui est le bruit, ce qu’on entend comme un souf­fle con­stant… La qual­ité à l’écoute est tout sim­ple­ment géniale avec le fet­head : on arrive à une qual­ité impos­si­ble à attein­dre nor­male­ment avec un matériel d’entrée de gamme comme ces petits enreg­istreurs !

J’ai aus­si pris le temps de regarder le résul­tat de l’analyse de spec­tre pro­posée par ardour, qui fait une syn­thèse du sig­nal sur toute la durée des extraits.

sans-fethead-spectreavec-fethead-spectre

Spec­tres globaux des enreg­istrements à com­par­er (Sennheis­er MD 21)

Dans l’ordre : sans le Fet­head, puis avec Fet­head

On con­state claire­ment une meilleure réso­lu­tion dans le sig­nal. Par con­tre, j’ai du mal à analyser de manière com­préhen­si­ble la zone noire en bas du spec­tre issu de l’enregistrement avec Fet­head. Si un lecteur com­prend ça, je suis intéressé.

Micro AKG D5

J’ai ensuite fait le même test avec un micro récent, dynamique aus­si. C’est un micro net­te­ment plus sen­si­ble, et je me demandais si on aurait le même type d’amélioration, puisque l’on pousse moins le pré-ampli de l’enregistreur… Le résul­tat est là aus­si très par­lant !

akg-sans-fetheadakg-avec-fethead

Spec­tres tem­porels des enreg­istrements à com­par­er (AKF D5)

Dans l’ordre : sans le Fet­head, puis avec Fet­head

Là encore, le spec­tre est très par­lant, et l’écoute des fichiers le con­firme : l’utilisation de ce pré-ampli aug­mente grande­ment la qual­ité de l’enregistrement.

J’ai aus­si repro­duit ci-dessous l’analyse spec­trale glob­ale d’ardour…

akg-sans-fethead-spectreakg-avec-fethead-spectre

Spec­tres globaux des enreg­istrements à com­par­er (AKF D5)

Dans l’ordre : sans le Fet­head, puis avec Fet­head

Je suis moins à l’aise avec la lec­ture de ces dia­grammes, si quelqu’un a un mot à dire, je serais con­tent !

La conclusion

La con­clu­sion, c’est que ce petit appareil une tuerie ! Il me sem­ble indis­pens­able avec un micro dynamique, d’autant qu’il est peu sen­si­ble comme le MD 21, et que l’on a un pré-ampli de médiocre qual­ité.

À not­er tout de même que l’on ne peut pas régler le gain sur le Fet­head. Il faut donc faire atten­tion à ne pas avoir un son trop puis­sant en entrée, ou un micro très sen­si­ble, car alors on aura beau met­tre le gain du pré-ampli inté­gré à zéro, on ris­quera d’avoir de la sat­u­ra­tion.

Enfin, une ques­tion me taraude : ne pour­rait-on pas utilis­er directe­ment sur le Fet­head un con­ver­tis­seur analogique/numérique indépen­dant, et ain­si aban­don­ner défini­tive­ment l’enregistreur ? Évidem­ment, un enreg­istreur ne pro­pose pas que cela, mais c’est une idée intéres­sante…