Régler le pré-ampli de son enregistreur

Il y a eu un bon paquet de dis­cus­sions tech­niques à Utopie Sonore, notam­ment avec Serge aka Blast. L’une de nos dis­cus­sions a porté sur la qual­ité des pré-ampli dans les appareils tels que le zoom H4n ou le Tas­cam DR40. Pour peu qu’on le cou­ple avec un micro dynamique un peu vieux tel que le seinnheis­er MD 21, on se retrou­ve très vite avec du souf­fle (aus­si appelé bruit). Un léger par­a­site qui empêche d’entendre le silence, et qui nuit sou­vent à l’esthétique de la prise de son.

bruit

Par­mi les pistes évo­quées pen­dant nos dis­cus­sions pour réduire ce souf­fle, deux sem­blaient intéres­santes.

La stratégie du pré pré-ampli

La pre­mière con­siste à utilis­er un pré pré-ampli. Oui, ça fait bizarre comme ça, mais l’idée con­siste à plac­er avant l’enregistreur un petit amplifi­ca­teur tel que le Fet­Head Tri­tonau­dio ou le Cloudlifter CL-1, qui ampli­fient de 22dB le sig­nal en util­isant l’alimentation fan­tôme de l’enregistreur, et sem­blent être très plats. l’idée est d’éviter de trop sol­liciter le pré-ampli en le lais­sant dans sa zone « de con­fort ». On ren­con­tre sur inter­net quelques sites inter­net qui évo­quent cette idée. Bon, mais c’est un petit investisse­ment, alors n’y a-t-il pas autre chose de plus sim­ple à faire ?

La stratégie du -12dB

La description

Tou­jours d’après Serge, l’affichage des niveaux sur les enreg­istreurs numériques ne représente pas réelle­ment le niveau tel qu’on l’entend en analogique (c’est-à-dire n’est pas un VU-mètre), mais serait plutôt un Qua­si PPM, qui suiv­ant les normes aurait l’équivalent du zéro analogique plus proche du niveau de test, c’est-à-dire aux alen­tours de -12dB (voire plus bas d’après Serge). Au delà de cette valeur, les pré-ampli de ces petits appareils seraient sur-exploités.

Une piste pour réduire le souf­fle serait donc de ne pas pouss­er l’enregistreur jusqu’à 0dB, mais plutôt de le faire pla­fon­ner à -12dB, tout en enreg­is­trant avec une qual­ité numérique élevée (wav à 24 bits). Il suf­fi­rait ensuite d’utiliser une nor­mal­i­sa­tion numérique afin de retrou­ver un niveau de voix cor­recte, sans pour autant per­dre trop de détails. Pen­dant les dis­cus­sions, on a tout de même évo­qué le prob­lème du casque de mon­i­tor­ing, qui devient qua­si­ment inutil­is­able, car le son enreg­istré est très faible. Là encore, la sug­ges­tion serait d’utiliser un casque avec une faible impé­dance, comme un casque de smart­phone…

Les tests

Je me suis dit que c’était quelque chose de facile à tester. Il suf­fit en effet de faire deux enreg­istrements dis­tincts (l’un à 0dB, l’autre à -12dB), puis de com­par­er les deux. Dans l’idéal, on devrait enreg­istr­er exacte­ment la même chose pour faciliter la com­para­i­son. Alors j’ai pris mon enreg­istreur et mon micro, je les ai instal­lés face à une enceinte de mon­i­tor­ing, et j’ai joué deux fois de suite le même son…

J’ai alors récupéré les deux sons, puis je les ai nor­mal­isés, et j’ai ensuite écouté et regardé le spec­tre des deux enreg­istrements pour ten­ter de les dif­férenci­er.

normalisation préampli_captation -2dB.wavnormalisation préampli_captation -18dB.wav

Spec­tres des enreg­istrements à com­par­er

Dans l’ordre : avec le pré-ampli à -2dB, avec le pré-ampli à -18dB

Les spec­tro­grammes ne per­me­t­tent pas de dif­férenci­er les deux enreg­istrements… Je mets ici aus­si pour com­para­i­son les deux fichiers (con­ver­tis en mp3) pour une com­para­i­son à l’oreille :


À l’oreille aus­si, il est dif­fi­cile de dis­tinguer les deux enreg­istrements. En con­clu­sion, la dif­férence entre les deux enreg­istrements n’a pas été per­cep­ti­ble dans mon cas de test. Peut-être est-ce dû au bruit ambiant (les enceintes ont un tout petit souf­fle). À rées­say­er dans d’autres con­di­tions donc, peut-être avec une voix en direct…