Nouvelle vie scientifique

Il y a main­tenant quelques années, j’étais recruté comme maître de con­férences à l’Université d’Auvergne. J’avais rejoins un lab­o­ra­toire dont la prob­lé­ma­tique se focal­i­sait sur la réal­ité aug­men­tée au ser­vice de la chirurgie. Bien que loin de mes prob­lé­ma­tiques sci­en­tifiques ini­tiales, j’avais espéré réus­sir à con­stru­ire un pro­jet per­son­nel au sein de cette équipe. Mal­heureuse­ment, le temps a mon­tré que je n’arriverais pas à m’y épanouir sere­ine­ment.

En par­ti­c­uli­er, le pro­jet sci­en­tifique de l’ISIT est guidé par une prob­lé­ma­tique appliquée iden­ti­fiée (l’amélioration des out­ils pour la chirurgie), et on cherche ici à explor­er des pistes sci­en­tifiques qui répon­dent à ces ques­tions. De mon côté, j’ai une plus grande affinité avec une démarche exploratoire un peu dif­férente : par­tir de ques­tions plus fon­da­men­tales et abstraites, pro­pos­er des approches sci­en­tifiques orig­i­nales, puis inter­roger l’environnement (indus­triel, cul­turel, sci­en­tifique) pour pro­pos­er ces approches méthodologiques comme réponse à des ques­tions ouvertes.

À l’occasion de la fusion des uni­ver­sités cler­mon­tois­es à l’horizon 2017, j’ai donc entre­pris avec deux col­lègues un rap­proche­ment avec le LIMOS, une UMR CNRS du site cler­mon­tois. Nous avons donc rejoint un thème de recherche ini­tiale­ment focal­isé sur l’image et l’apprentissage, et avons par­ticipé à sa nou­velle redéf­i­ni­tion. Ain­si démarre le thème G4 (pour Géométrie, imaGes, appren­tis­saGe et alGo­rithmes) de l’axe MAAD (Mod­èles et Algo­rithmes de l’Aide à la Déci­sion). Nous sommes pour l’instant 7 enseignants-chercheurs à démar­rer cette activ­ité, qui je le crois sera un véri­ta­ble espace d’épanouissement per­son­nel et col­lec­tif.

Aller hop, vous pou­vez regarder la vidéo pro­mo­tion­nelle du thème G4 réal­isée par la Mai­son Innovergne :

Sur la déficience visuelle

Conférence-débat sur la déficience visuelle

Le 4 févri­er dernier, j’ai ani­mé une après-midi de con­férence-débat autour de la défi­cience visuelle, qui avait pour objec­tif de sen­si­bilis­er aux prob­lé­ma­tiques liées à ce hand­i­cap, depuis la vie quo­ti­di­enne jusqu’à l’insertion pro­fes­sion­nelle, en pas­sant par l’accès au savoir. Cette vidéo était filmée, et le ser­vice de l’université bien de met­tre en lien la vidéo que je vous invite à vision­ner, pour com­pren­dre un peu plus les défis qui jalon­nent la vie d’un non voy­ant ou d’un mal voy­ant.

La vidéo com­mence par l’intervention d’Emmanuelle Fes­chet, qui par­lait pour le Ser­vice Uni­ver­sité Hand­i­cap.

Cette con­férence a été l’occasion de dis­cus­sions très enrichissantes, et plusieurs acteurs de la place cler­mon­toise ont égale­ment appris à se con­naître. Une belle ini­tia­tive portée par des étu­di­ants du départe­ment GEA de l’IUT de Cler­mont, j’étais vrai­ment con­tent d’y par­ticiper.

Audiodescription au court métrage

Quelques jours plus tard, j’ai inter­viewé pour Radio Cam­pus les réal­isa­teurs des dif­férentes audiode­scrip­tions pro­jetées pen­dant le fes­ti­val inter­na­tion­al du court métrage. C’est la troisième année que j’interview Bruno Dar­les et ses lycéens, mais cette année, j’ai aus­si pu dis­cuter avec les non voy­ants qui ont tra­vail­lé sur le sujet. Je vous invite à les écouter, c’est très instruc­tif sur ce moyen d’accès au ciné­ma pour les défi­cients visuels.

D’ailleurs, restez vig­i­lants, parce que l’année prochaine, on passe à l’action, et l’audiodescription aura encore plus sa place au fes­ti­val !

Interface

Ça y est, le pro­jet qui me tient réveil­lé toutes les nuits depuis plusieurs semaines vient de sor­tir… Enfin du moins, le pre­mier volet de la série inti­t­ulée Inter­face. Il s’agit d’une créa­tion sonore que j’ai ini­tiée à la fin de l’année dernière, grâce aux chaleureux con­seils de Cather­ine. Petit à petit, j’ai rassem­blé mes idées, puis con­stru­it un pro­jet de chem­ine­ment radio­phonique autour de la ques­tion de la place de la tech­nique dans les sci­ences.

Pour réalis­er cette émis­sion, je suis allé ten­dre mon micro dans dif­férents lab­o­ra­toires de Cler­mont-Fer­rand, pour écouter les gens, mais aus­si capter l’univers sonore de leur quo­ti­di­en. J’ai aus­si choisi quelques textes, et c’est François Fab­re qui les as lus. Et puis Noémie a don­né sa voix pour les sous-titres. Ensuite, j’ai ajouté un peu d’ambiances musi­cales de Kraftwerk et de Parmegian­ni, puis saupoudré d’extraits de films et d’archives divers­es. Un peu de ma voix, et c’était fait…

Les prochains épisodes sont prévus dans 2 mois et 4 mois… Affaire à suiv­re !

Edit : grâce au réseau Radio Cam­pus France, et à son parte­nar­i­at avec France Cul­ture, cette pre­mière vari­a­tion d’Interface est dif­fusée sur France Cul­ture Plus !