Petits reportages sonores

un enregistreur

Dans un précé­dent bil­let, j’écrivais que j’avais com­mencé à pren­dre en main le logi­ciel ardour pour faire du mon­tage à par­tir de sons pris en reportage… Tout com­mence donc par une cap­ta­tion. À la radio, on utilise plutôt des Zoom h4n, petits bijoux numériques qui embar­quent deux micros d’ambiance, per­me­t­tent de branch­er dessus des micros avec une con­nec­tique XLR, per­me­t­tent de faire du mon­tage, etc. Le défaut de cet enreg­istreur, c’est qu’il est un peu cher. Alors quand j’ai cher­ché à m’équiper, je suis allé voir du côté de chez Tas­cam, où le DR-40 est un peu plus acces­si­ble. Après quelques semaines d’utilisation, je trou­ve qu’il réu­ni quelques avan­tages intéres­sants par rap­port au Zoom, comme par exem­ple l’enregistrement d’une sec­onde piste à -6 déci­bels, qui per­met d’éviter tout genre de sat­u­ra­tions, ou encore la mobil­ité des micros qui per­met une cap­ta­tion en vraie stéréo…

J’ai donc com­mencé en début d’année par un reportage à l’IUT, en allant inter­view­er Marc Cheval­don­né et Cédric Bouhours à la veille de la code week. J’en avais par­lé sur ce blog il y a peu, si vous voulez réé­couter ce que ça donne, des enfants qui codent des robots en lego, c’est par là : la code week 2015 à Cler­mont-Fer­rand.

Plus récem­ment, je suis allé ten­dre mon micro au rassem­ble­ment pour l’urgence cli­ma­tique, et j’ai ensuite ten­du mon micro à quelques-uns des organ­isa­teurs du rassem­ble­ment qui a suivi juste ensuite, et qui mobil­i­sait con­tre l’état d’urgence polici­er.

C’était notam­ment la Cel­lule Antifas­ciste Révo­lu­tion­naire d’Auvergne (C.A.R.A.) qui organ­i­sait ce rassem­ble­ment con­tre l’état polici­er, et à l’occasion de la mid­i­nale du 18 décem­bre, j’ai dif­fusé un por­trait de cette organ­i­sa­tion, puis ani­mé une dis­cus­sion autour des groupes mil­i­tants à Cler­mont-Fer­rand :

En fin de cette dis­cus­sion, j’ai pro­posé à la lec­ture un bouquin que j’ai décou­vert en sep­tem­bre, inti­t­ulé Le Cor­busier, un fas­cisme français. L’ouvrage est très intéres­sant pour qui s’interroge sur la manière dont le fas­cisme s’est struc­turé en France. Le Cor­busier sert de porte d’entrée pour décou­vrir un réseau vaste et qui a notam­ment inter­ag­it avec le courant ital­ien… Une his­toire sou­vent ignorée, qui aide à com­pren­dre un peu mieux les racines des mou­ve­ments fas­cistes actuels.

wp-1450971411978.jpeg

Des outils numériques pour la radio

faire vivre une radio asso­cia­tive, c’est pas­sion­nant : il faut des gens, des envies, des idées, de la tech­nique, et que tout ça fonc­tionne ensem­ble. Bon, par­fois, c’est un peu un défi.

Un logiciel d’automation

L’un des élé­ments prin­ci­paux de l’antenne d’une radio, c’est sa pro­gram­ma­tion (musi­cale ou d’émissions). Ce qui passe à quelle heure, et com­ment on le choisi, voilà qui con­stru­it l’image de la radio. Pour réalis­er cela, il existe plein de solu­tions, mais la plu­part des radios utilisent un out­il en com­mun : un logi­ciel d’automation. Cet out­il fonc­tionne comme un énorme juke­boxe aléa­toire, que l’on pro­gramme grâce à des con­traintes ou des règles, pour que l’antenne cor­re­sponde à ce que l’on a décidé : pas­sage de tops horaires, mes­sages d’information, rap­pel du nom de la radio, styles musi­caux, émis­sions pro­gram­mées, tout doit être pris en charge.

polo

Pen­dant plus de 10 ans, à Radio Cam­pus Cler­mont-Fer­rand, on a util­isé un logi­ciel d’automation né des besoins de Radio Cam­pus Greno­ble, et ven­du ensuite à toutes les radios du réseau cam­pus France, j’ai nom­mé le vénérable Paulo. Ces dernières années, on a dû se bat­tre pour con­tin­uer à faire fonc­tion­ner ce logi­ciel non main­tenu, à coup de vir­tu­al­i­sa­tion, de restau­ra­tion de dis­ques, de recon­struc­tion de base de don­nées… C’était épuisant.

Et puis le dernier crash a été trop vio­lent, et on a décidé de se pencher sur une autre solu­tion. Depuis presque un mois main­tenant, nous util­isons donc Air­time, un logi­ciel d’automation libre et gra­tu­it, qui fonc­tionne très bien sous un GNU/Linux récent. Alors bien sûr, il ne cor­re­spond pas à tous nos besoins, et on a déjà com­mencé à le mod­i­fi­er, en pub­liant nos mod­i­fi­ca­tions sur le github de la radio. Puisque c’est du logi­ciel libre, autant con­tribuer !

airtime

De prime abord, ce logi­ciel est tout aus­si gris que le précé­dent, mais je dois vous avouer que ça fait un bien fou de ren­tr­er dans le XXIe siè­cle, avec un out­il mod­erne, et adapt­able à nos besoins…

Des podcasts musicaux

100p

Juste avant de devoir chang­er de logi­ciel d’automation, on avait com­mencé à met­tre en place un out­il plutôt chou­ette. Main­tenant que tout est sta­bil­isé, on peut en par­ler… Il s’agit d’un site qui regroupe tous les pod­casts musi­caux pro­posés par les pro­gram­ma­teurs de la sta­tion. Une fois par semaine, cha­cun pro­pose une heure de musique, à écouter et réé­couter.
Les 100% musique, c’est une manière sim­ple d’écouter une heure de musique, avec la référence aux inter­prètes et aux titres pro­gram­més…

Côté site web, j’ai choisi une solu­tion basée sur boot­strap, pour que le site s’affiche aus­si bien sur les ordi­na­teurs que sur les tablettes et smart­phones.

Notre première balade sonore

Cette année, c’est aus­si la con­créti­sa­tion d’un pro­jet que j’avais vrai­ment eu à cœur de porter à Radio Cam­pus Cler­mont-Fer­rand : l’idée de con­stru­ire du con­tenu radio­phonique, non pas prévu pour la FM, mais conçu pour être écouté in situ, avec l’idée d’inviter les audi­teurs à déam­buler le long d’un tra­jet qu’ils décou­vri­raient autrement. La pre­mière balade sonore pro­duite à Cler­mont-Fer­rand a rejoins le site inter­net de nos sono­gra­phies, que nous espérons voir s’étoffer au fil du temps. Là encore, j’ai con­stru­it le site inter­net en util­isant boot­strap, et en adap­tant le tra­vail graphique réal­isé Thibault Mangeard. Dossier à suiv­re, car on va pour­suiv­re l’amélioration de l’outil pour une meilleure inter­ac­tio !

sonographies

Montage audio en logiciel libre

Et pour finir, je ne résiste pas à l’envie de vous par­ler du nou­v­el out­il que je suis en train d’apprendre à utilis­er : le fab­uleux ardour. Sur­puis­sant, ce couteau suisse du son offre pour qui veut réalis­er du mon­tage audio un envi­ron­nement très com­plet, intu­itif, et bigre­ment plus pra­tique que le vétuste audac­i­ty avec lequel je tra­vail­lais jusqu’à présent. J’essayerai de regrouper prochaine­ment sur ce blog les dif­férents reportages que j’ai réal­isés cette année, et qui me ser­vent d’entraînement au futur pro­jet un peu ambitieux que je débute pour l’année 2016… Affaire à suiv­re !