Petits reportages sonores

un enregistreur

Dans un précédent billet, j’écrivais que j’avais commencé à prendre en main le logiciel ardour pour faire du montage à partir de sons pris en reportage… Tout commence donc par une captation. À la radio, on utilise plutôt des Zoom h4n, petits bijoux numériques qui embarquent deux micros d’ambiance, permettent de brancher dessus des micros avec une connectique XLR, permettent de faire du montage, etc. Le défaut de cet enregistreur, c’est qu’il est un peu cher. Alors quand j’ai cherché à m’équiper, je suis allé voir du côté de chez Tascam, où le DR-40 est un peu plus accessible. Après quelques semaines d’utilisation, je trouve qu’il réuni quelques avantages intéressants par rapport au Zoom, comme par exemple l’enregistrement d’une seconde piste à -6 décibels, qui permet d’éviter tout genre de saturations, ou encore la mobilité des micros qui permet une captation en vraie stéréo…

J’ai donc commencé en début d’année par un reportage à l’IUT, en allant interviewer Marc Chevaldonné et Cédric Bouhours à la veille de la code week. J’en avais parlé sur ce blog il y a peu, si vous voulez réécouter ce que ça donne, des enfants qui codent des robots en lego, c’est par là : la code week 2015 à Clermont-Ferrand.

Plus récemment, je suis allé tendre mon micro au rassemblement pour l’urgence climatique, et j’ai ensuite tendu mon micro à quelques-uns des organisateurs du rassemblement qui a suivi juste ensuite, et qui mobilisait contre l’état d’urgence policier.

C’était notamment la Cellule Antifasciste Révolutionnaire d’Auvergne (C.A.R.A.) qui organisait ce rassemblement contre l’état policier, et à l’occasion de la midinale du 18 décembre, j’ai diffusé un portrait de cette organisation, puis animé une discussion autour des groupes militants à Clermont-Ferrand :

En fin de cette discussion, j’ai proposé à la lecture un bouquin que j’ai découvert en septembre, intitulé Le Corbusier, un fascisme français. L’ouvrage est très intéressant pour qui s’interroge sur la manière dont le fascisme s’est structuré en France. Le Corbusier sert de porte d’entrée pour découvrir un réseau vaste et qui a notamment interagit avec le courant italien… Une histoire souvent ignorée, qui aide à comprendre un peu mieux les racines des mouvements fascistes actuels.

wp-1450971411978.jpeg

Des outils numériques pour la radio

faire vivre une radio associative, c’est passionnant : il faut des gens, des envies, des idées, de la technique, et que tout ça fonctionne ensemble. Bon, parfois, c’est un peu un défi.

Un logiciel d’automation

L’un des éléments principaux de l’antenne d’une radio, c’est sa programmation (musicale ou d’émissions). Ce qui passe à quelle heure, et comment on le choisi, voilà qui construit l’image de la radio. Pour réaliser cela, il existe plein de solutions, mais la plupart des radios utilisent un outil en commun : un logiciel d’automation. Cet outil fonctionne comme un énorme jukeboxe aléatoire, que l’on programme grâce à des contraintes ou des règles, pour que l’antenne corresponde à ce que l’on a décidé : passage de tops horaires, messages d’information, rappel du nom de la radio, styles musicaux, émissions programmées, tout doit être pris en charge.

polo

Pendant plus de 10 ans, à Radio Campus Clermont-Ferrand, on a utilisé un logiciel d’automation né des besoins de Radio Campus Grenoble, et vendu ensuite à toutes les radios du réseau campus France, j’ai nommé le vénérable Paulo. Ces dernières années, on a dû se battre pour continuer à faire fonctionner ce logiciel non maintenu, à coup de virtualisation, de restauration de disques, de reconstruction de base de données… C’était épuisant.

Et puis le dernier crash a été trop violent, et on a décidé de se pencher sur une autre solution. Depuis presque un mois maintenant, nous utilisons donc Airtime, un logiciel d’automation libre et gratuit, qui fonctionne très bien sous un GNU/Linux récent. Alors bien sûr, il ne correspond pas à tous nos besoins, et on a déjà commencé à le modifier, en publiant nos modifications sur le github de la radio. Puisque c’est du logiciel libre, autant contribuer !

airtime

De prime abord, ce logiciel est tout aussi gris que le précédent, mais je dois vous avouer que ça fait un bien fou de rentrer dans le XXIe siècle, avec un outil moderne, et adaptable à nos besoins…

Des podcasts musicaux

100p

Juste avant de devoir changer de logiciel d’automation, on avait commencé à mettre en place un outil plutôt chouette. Maintenant que tout est stabilisé, on peut en parler… Il s’agit d’un site qui regroupe tous les podcasts musicaux proposés par les programmateurs de la station. Une fois par semaine, chacun propose une heure de musique, à écouter et réécouter.
Les 100% musique, c’est une manière simple d’écouter une heure de musique, avec la référence aux interprètes et aux titres programmés…

Côté site web, j’ai choisi une solution basée sur bootstrap, pour que le site s’affiche aussi bien sur les ordinateurs que sur les tablettes et smartphones.

Notre première balade sonore

Cette année, c’est aussi la concrétisation d’un projet que j’avais vraiment eu à cœur de porter à Radio Campus Clermont-Ferrand : l’idée de construire du contenu radiophonique, non pas prévu pour la FM, mais conçu pour être écouté in situ, avec l’idée d’inviter les auditeurs à déambuler le long d’un trajet qu’ils découvriraient autrement. La première balade sonore produite à Clermont-Ferrand a rejoins le site internet de nos sonographies, que nous espérons voir s’étoffer au fil du temps. Là encore, j’ai construit le site internet en utilisant bootstrap, et en adaptant le travail graphique réalisé Thibault Mangeard. Dossier à suivre, car on va poursuivre l’amélioration de l’outil pour une meilleure interactio !

sonographies

Montage audio en logiciel libre

Et pour finir, je ne résiste pas à l’envie de vous parler du nouvel outil que je suis en train d’apprendre à utiliser : le fabuleux ardour. Surpuissant, ce couteau suisse du son offre pour qui veut réaliser du montage audio un environnement très complet, intuitif, et bigrement plus pratique que le vétuste audacity avec lequel je travaillais jusqu’à présent. J’essayerai de regrouper prochainement sur ce blog les différents reportages que j’ai réalisés cette année, et qui me servent d’entraînement au futur projet un peu ambitieux que je débute pour l’année 2016… Affaire à suivre !