Poèm(es)caliers

logo_sans_text

La semaine dernière, j’ai décou­vert le tra­vail de Manuel G. Cardero, au tra­vers de son instal­la­tion poèm(es)caliers. C’é­tait l’oc­ca­sion de décou­vrir quelques cages d’escalier et cours privées du cen­tre de Cler­mont-Fer­rand, de celles qui habituelle­ment sont cachées. Mais bien plus encore, c’é­tait l’oc­ca­sion de décou­vrir à tra­vers la sélec­tion et le tra­vail d’in­stal­la­tion de Manuel les textes de poètes d’i­ci et d’ailleurs. Les textes sont élégam­ment mis en scène sur les con­tremarch­es des escaliers en pierre de Volvic, et pousse le lecteur à par­courir les textes à la vitesse de son ascen­sion, au rythme des march­es écrites, et de celles lais­sées vides. Les vis­ites pre­naient fin hier, mais gardez un œil sur le tra­vail de Manuel, car ça vaut vrai­ment le détour !

La réalité augmentée au service de la chirurgie

Mer­cre­di 12 décem­bre 2012, je présente avec quelques col­lègues de mon équipe de recherche nos travaux récents et les prob­lé­ma­tiques futures aux mer­cre­dis de la sci­ence. Le sujet de notre exposé sera la réal­ité aug­men­tée au ser­vice de la chirurgie. Ça se passera à 15h30 à l’am­phi recherche du pôle physique, sur le cam­pus des Cézeaux. Ren­dez-vous à 15h pour le café.

Résumé

Ini­tiée dans les années 40, la cœlio­scopie est une tech­nique de chirurgie endo­scopique ou encore de chirurgie min­i­male­ment inva­sive. L’idée clé est de pra­ti­quer de petites inci­sions par lesquelles passent une caméra — le cœlio­scope — et les instru­ments chirur­gi­caux, alors que la chirurgie clas­sique procède par une ouver­ture de plus grande taille et en vision directe.

Après avoir présen­té le con­texte clin­ique, nous pré­cis­erons les lim­ites actuelles de la cœlio­scopie. Nous exposerons le con­cept de la réal­ité aug­men­tée tel qu’il est exploité dans d’autres con­textes. Ce con­cept con­siste à enrichir les images réelles par des infor­ma­tions ini­tiale­ment invis­i­bles. Notre pos­tu­lat : la réal­ité aug­men­tée pour­rait per­me­t­tre de repouss­er cer­taines lim­ites de la cœlio­scopie.

La méth­ode pro­posée extrait de l’in­for­ma­tion depuis l’im­agerie pré-opéra­toire (par exem­ple la local­i­sa­tion d’un nod­ule dans une IRM) et l’in­sère dans la vue cœlio­scopique en temps réel (pour par exem­ple guider le chirurgien vers un site de résec­tion). Cha­cune de ces étapes appelle la réso­lu­tion de défis sci­en­tifiques au sein des sci­ences de l’im­age, qui vous seront présen­tés dans leur con­texte respec­tif : géométrie et topolo­gie dis­crète, vision par ordi­na­teur.

Edit : voici la vidéo en ligne. Si vous n’étiez pas là, vous pou­vez tout de même regarder la présen­ta­tion !