Démocratie à la grecque

L’ac­tu­al­ité en Grèce est tumultueuse, si l’on en croit les médias qui réagis­sent comme des girou­ettes aux moin­dres soubre­sauts des puis­sances finan­cières mon­di­ales. Certes. Mais ce petit coin de terre a une his­toire com­plexe, com­plète, et encore aujour­d’hui, riche en enseigne­ments : c’est notam­ment la con­trée où le con­cept de démoc­ra­tie est né, et a con­nu de beaux jours.

Il y a quelques temps, j’écrivais sur ce blog sur la démoc­ra­tie, et je vous fai­sais notam­ment partager ma décou­verte d’un pro­jet poli­tique très intéres­sant, le pro­jet dem­exp.

Cette idée me pas­sionne tou­jours autant, car elle laisse entrevoir que l’on peut imag­in­er un sys­tème réelle­ment démoc­ra­tique, et réelle­ment col­lab­o­ratif. Et puis récem­ment, j’ai regardé la con­férence d’É­ti­enne Chouard sur la démoc­ra­tie, qui souligne à quel point un sys­tème comme le nôtre, basé sur les élec­tions de représen­tants, est un sys­tème claire­ment oli­garchique, et non démoc­ra­tique. Il décor­tique le fonc­tion­nement d’un sys­tème basé sur des man­dats non recon­ductibles, et s’app­puyant sur un mécan­isme de tirage au sort. Bien sûr, quand on lit ça, mille con­tre-argu­ments vous envahissent le cerveau. Mais à bien y réfléchir, et en étu­di­ant les remar­ques pro­posées par l’o­ra­teur de cette ses­sion, on a envie d’aller voir un peu plus loin.

Si le sujet vous intrigue, je vous invite à vision­ner la con­férence, que je trou­ve très intéres­sante :

Voilà une approche sup­plé­men­taire à ajouter à la liste des choses qui seraient prob­a­ble­ment plus intéres­santes que notre sys­tème actuel, qui n’ex­ploite même pas au mieux les pos­si­bil­ités d’un vote égal­i­taire.