En touriste à Genova

Mal­gré la pluie qui vient ren­dre vis­ite à la ville chaque week-end, j’ai réus­si à pass­er entre les gouttes pour cap­tur­er quelques images de cette ville, et com­mencer à la arpen­ter. Alors bien sûr, je n’ai pas eu le temps d’aller partout, la ville faisant bien 30 km de long. Je n’ai pas non plus sor­ti l’appareil pho­to à chaque fois que je trou­vais quelque chose d’intéressant, sinon je ne l’aurais pas lâché de la journée.

Pour cette pre­mière vis­ite, vous ver­rez donc quelques gouttes de la ville, un pointil­lé de détails, depuis les quartiers récents (quelques siè­cles) jusqu’au vieux cen­tre his­torique, où la lumière manque telle­ment qu’on ne peut guère pren­dre de pho­tos.

Panorama de Genova

Suiv­ez donc le guide : Gen­o­va, pre­mière vis­ite.

7 thoughts on “En touriste à Genova”

  1. Mer­ci pour la vis­ite.
    Ça fait vrai­ment grosse ville, avec beau­coup de con­traste. En tout cas le quarti­er de ton bureau fait pas envie ;-)
    Sinon, les petites ruelles ont l’air sym­pa. Mais tu as oublié le prin­ci­pal : l’alimentation. Qu’est-ce qu’on trou­ve de spé­cial à se met­tre sous la dent par là-bas ?

  2. Et bien au delà des pâtes au pesto, mon­di­ale­ment con­nues, qui sont une spé­cial­ité de la ville, on trou­ve égale­ment la focac­cia, un genre de pain plat où l’huile d’olive est très présente dans la com­po­si­tion, ou encore un grand nom­bre de tartes (plus proches des quich­es d’ailleurs par l’aspect) aux légumes (artichauds, hari­cots verts, épinards).

    Bref, un végé­tarien peut y vivre sans souci :)

  3. Ça a l’air plutôt sym­pa, t’as vu sur la mer depuis ton bureau ?
    Et est-ce que tu t’es mis à l’italien ? Tu par­les avec les mains ;-)?

  4. Ah oui ça m’intéresse aus­si de savoir en com­bi­en de temps tu va être capa­ble de te débrouiller en ital­ien.

    Sinon il est grand ton appart ? :) (je pré­pare mon futur voy­age :p)

    M.

  5. Joss > j’ai vue sur le port et la ville depuis mon bureau actuel. Et dès que je chang­erai de bureau (ce qui ne devrait pas tarder), j’aurai vue sur le port et la mer. Tran­quille :)

    Joss, Kolter > pour l’instant, je com­mence à com­pren­dre quelques bouts d’italien, je sais à peu près com­man­der quelque chose le midi pour manger, dire mer­ci, bon­jour, ce genre de choses. Je crois que je vais acheter une méth­ode d’apprentissage de l’italien, car juste comme ça, avec un dico et un peu de bonne volon­té, ce n’est pas suff­isant, l’anglais ou le français arrivent vite pour rem­plac­er les mots hési­tants.

    Kolter > mon apparte­ment actuel est rel­a­tive­ment grand, je suis en col­loc. Mais dès le mois de décem­bre, je serai dans une col­lo­ca­tion plus petite en super­fi­cie, mais avec plus de monde. Ceci dit, je pour­rai accueil­lir du monde sans souci (si j’arrive à récupér­er la plus grande cham­bre, ce que je suis en train de négoci­er).

  6. Si je le pou­vais, je viendrais volon­tiers te ren­dre vis­ite. Mais ma vie trépi­dente du moment (et qui se pro­longera sûre­ment en croisant les doigts) ne me per­met de quit­ter notre belle cap­i­tale. J’espère au moins que tu auras quelques pen­sées en dégus­tant tes pâtes au pesto !

  7. Julie > prof­ite de ta vie trépi­dente, on aura l’occasion de se voir autre part :) Je penserai à toi devant mon assi­ette de pâtes au pesto, c’est enten­du !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.