Travailler 12 heures par jour

Arrivé à Lon­dres depuis quelques jours, je n’ai pour l’instant guère eu le temps de faire le touriste. En effet, n’ayant pas tout a fait fini ma thèse, cette dernière occupe une bonne par­tie de mes nuits et de mes weeks-ends.

Ain­si, j’ai trou­vé un rythme de tra­vail très pra­tique, que j’avais déjà eu l’occasion de pra­ti­quer il y a quelques années. Pen­dant la journée, je suis donc au lab­o­ra­toire d’informatique de la Queen Mary Uni­ver­si­ty of Lon­don. Puis le soir, quand je ren­tre, je mange rapi­de­ment. Ensuite, vient l’heure de la sieste. De 20 min­utes ou d’une heure et demi suiv­ant les besoins (durées ajustées grâce aux expéri­ences sur le som­meil). Je suis alors d’attaque pour com­mencer pour tra­vailler facile­ment qua­tre heures sur la thèse…

Et puisqu’il faut quand même prof­iter un peu de la cul­ture anglaise, je me rat­trape en rem­plis­sant plac­ards et fri­go de ces trucs qu’on ne trou­ve qu’ici :

trucs-anglais

Bon, je ne garderai pas ce rythme indéfin­i­ment, mais je le trou­ve assez con­fort­able. Et vous, com­ment gérez-vous les péri­odes à haute den­sité de boulot ?

11 thoughts on “Travailler 12 heures par jour”

  1. Huhu ! De la mar­mite :-)

    Y’a longtemps je tour­nais au jus d’orange pen­dant les vacances-codaz, puis je me suis mis au cap­puc­ci­no hyper-sucré pour les vacances et les soirs de cours (en dor­mant à l’IUT en général). J’ai du arréter tout ça pour rai­son de san­té donc je me suis mis au café caféiné, thé, et grig­not­tage de trucs var­iés en quan­tité raison­née (sans oubli­er une goute d’acool de temps à autre qui évite de réfléchir à com­ment on va faire quelque chose plus longtemps que le temps néces­saire pour faire toutes les méth­odes envis­agées séquen­tielle­ment).

  2. Je pense qu’il doit être assez dif­fi­cile de vivre en Angleterre pour quelqu’un qui fuit le sucre. Énor­mé­ment de plats, condi­ments et pré­pa­ra­tions où nous n’intégrons au pire que des sucres lents sur le con­ti­nent sont sucrés ici…

    Bon, la Mar­mite par con­tre, non, c’est pas vrai­ment sucré. Après avoir goûté, je crois que je fais par­tie de cette moitié de la pop­u­la­tion qui n’aime pas. Cepen­dant, il faut que je rées­saye, car c’est riche en plein de vit­a­mines intéres­santes, dont la fameuse B12 !

    Pour tra­vailler ici, je me dope essen­tielle­ment au som­meil. Si on perd un peu de temps, j’ai l’impression qu’on y gagne énor­mé­ment en effi­cac­ité.

  3. C’est vrai que piquer un petit roupil­lon instan­ta­né c’est vache­ment bien… le dis­ci­ple de Léonard avait tout a fait rai­son : on devrait se promen­er avec son oreiller sur soi

    Par­fois juste 5minutes sont hyper-libéra­tri­ces. Je pra­tique de temps en temps l’activité, même par­fois de manière incon­trolée :-D
    Cer­taines com­pag­nies ont inté­gré le con­cept jusqu’à créer des salles spé­ciales pour la sieste du midi. Mais j’ai l’impression que la pres­sion sociale peut jouer un peu en défaveur de ce genre d’initiative.
    Mais entre le café et le roupil­lon après la pause de midi, j’ai choisi : je ne bois pas de café.
    J’ai un col­lègue qui se con­tente de faire des nuits très cour­tes (3h ou 4h). Mais il est drogué au café, a la red­bull et au Met­al.

    Il parait que la résis­tance au manque de som­meil est un entrain­nement. Moi je con­state que si je ne dors pas, je suis excité et tout me tape sur les nerfs. Une nuit courte de temps en temps ca va mais si c’est de manière répétée, soupoudré de stress, c’est très bon plan pour finir avec un ulcère a l’estomac a 50ans. Alors déjà que juste­ment plus on vieil­lit, moins le som­meil est présent dans la vie.

    Sur ce, je viens de finir mon sand­wich… ZzZz

    a+
    Jef

  4. Mais on croirait bien la cui­sine de ma cité u ! Et que vois-je ? Des paque­ts de gâteaux et autres condi­ments que je con­nais si bien pour les avoir manip­ulé pen­dant des années.

    Tu as une chance incroy­able ! N’oublie pas la petite Frenchie qui se sent beau­coup plus anglaise que française lors de tes périples lon­doniens ! Un petit coucou à Cam­den et Big Ben bien-sûr, mon havre de paix !

    Bon courage pour tes recherch­es ! Mais je suis sûre que tu y es habitué, et puis tu aimes ça, non ? ;)

  5. Jef > il est clair que les lieux de repos man­quent dans les entre­pris­es. Mais ce n’est pas tou­jours facile de faire une sieste dans un lieu imper­son­nel… Cepen­dant, tu as par­faite­ment rai­son quant à la pres­sion sociale con­tre cette pra­tique. Vrai­ment ridicule, puisqu’on con­naît tous les pertes de vig­i­lance que le manque de som­meil entraîne…

    Julie > Pour l’instant, mes périples se sont résumés à des tra­jets labo-rési­dence et à quelques excur­sions au co-oper­a­tive foods…

  6. En ce qui me con­cerne, le café ça per­met de « gag­n­er » 1h ou 2 de som­meil par jour mais c’est aus­si très addic­tif … bon­jour les maux de têtes après quand on en prends plus …

  7. J’ai enten­du par­ler du som­meil de quelques sec­on­des, pra­tiqués debout, en pleine marche, par les sol­dats des guer­res ou même des pris­on­niers tor­turés au manque de som­meil. Moi qui pen­sais que seuls les chevaux arrivaient à dormir debout…

  8. As-tu aus­si pen­sé à la semaine de 6 jours de 28 heures ? (y’a un lien à par­tir de celui que tu as don­né). Je ne sais ce que ca vaut, mais ca me ten­terait bien d’essayer :).
    Sinon, ta solu­tion sem­ble assez per­ti­nente pour tra­vailler beau­coup et longtemps. Comme il faudrait que j’augmente mon temps de tra­vail et mon effi­cac­ité, je vais peut-être me laiss­er inspir­er. En péri­ode de stress, on peut aus­si se pass­er de som­meil, mais après on est plutôt claqué (genre après deux/trois semaines au plus, je par­le d’expérience).

    Ques­tion sub­sidi­aire : Est-ce un truc pour les addic­tés au tra­vail ? ou une bonne solu­tion pour que j’arrive à pré­par­er l’agrégation, finir mon mémoire et tra­vailler à côté ? hmmm.…

  9. La semaine de 6 jours, je ne con­nais­sais pas. L’inconvénient réside dans la dif­fi­culté à pra­ti­quer une vie sociale en par­al­lèle de ces gross­es péri­odes de tra­vail.
    En tout cas, ton emploi du temps sem­ble ressem­bler au mien… Dif­fi­cile de s’ennuyer :D

  10. >Dif­fi­cile de s’ennuyer : je ne suis pas sûr que l’ennui soit com­plète­ment déter­miné par la seule quan­tité d’activités aux­quelles on s’adonne… Le plaisir et le sens qu’on y trou­ve joue très cer­taine­ment un rôle impor­tant (sans compter les à-côtés, rela­tions per­son­nelles, sociales, famil­liales, etc. qui con­t­a­mine notre humeur, le verbe con­t­a­min­er étant à pren­dre ici dans un sens assez neu­tre). Bien sûr, dans l’effervescence du foi­son­nement d’activités, on a moins le temps de penser à ce qu’on fait ou ne fait pas, com­ment on se sent, le sens de tout ca, etc.

    Pour revenir à mon cas per­son­nel, le truc, c’est que j’ai ce mémoire de phi­lo sur Descartes en plan depuis des lus­tres. Ce genre de pro­jet de longue haleine com­porte de nom­breuses dif­fi­cultés d’ordre psy­chologique, et il fau­dra bien que je m’y attèle plus effi­cace­ment pour en retir­er quelque chose dans un temps raisonnable. Et donc que je tra­vaille plus. Je ne me sens pour­tant guère l’âme d’un “worka­holic”, hédon­iste et prof­i­teur des plaisirs ter­restres que je suis. Le tout tra­vail (à 12 heures par jours), même quand j’aime ce que je fais, j’ai du mal à m’y attel­er. Du coup, le genre de per­spec­tive don­née par des ges­tions du som­meil alter­na­tives joue un rôle ludique et moti­vant. À voi com­ment je vais organ­is­er cela :).

    Quant à l’agreg, c’est un pro­jet très flou, en arrière plan, comme issue de sec­ours qui de fait (dans l’hypothèse heureuse d’une admis­sion évidem­ment) met­terait fin à mon mode de vie rel­a­tive­ment pré­caire. Dis­ons que je suis encore en phase de déci­sion (est-ce que ca vaut le coup, etc.). Je t’en dirais plus d’ici quelques temps, peut-être plutôt par mail).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.