Maladresse informatique

Je suis en ce moment en train de finalis­er mes travaux de thèse, et plus pré­cisé­ment de met­tre toute mon énergie dans la rédac­tion du man­u­scrit qui con­cluera trois années de recherche au LIMOS. Con­traire­ment à beau­coup de doc­tor­ants, j’y prends pas mal de plaisir, car c’est l’occasion de racon­ter dans le détail ce qui m’a amusé sci­en­tifique­ment pen­dant ces trois années.

Pour rédi­ger ce doc­u­ment, j’ai naturelle­ment choisi d’utiliser le logi­ciel LaTeX, qui offre une énorme flex­i­bil­ité, assure une bonne rigueur de présen­ta­tion et per­met de se con­cen­tr­er pleine­ment sur le con­tenu. Et puisque c’est un doc­u­ment impor­tant à mes yeux, je fais des sauve­g­ardes régulières sur plusieurs ordi­na­teurs, util­isant notam­ment un sys­tème de ges­tion de ver­sions afin de ne rien per­dre de mes avancées. Cepen­dant, il m’arrive de pass­er une journée entière sans faire aucune sauve­g­arde, pris dans l’élan de la rédac­tion, et prof­i­tant de la lib­erté géo­graphique qu’offre l“utilisation d’un ordi­na­teur portable.

C’est ain­si qu’au soir du 2 juin dernier, à la suite d’une mal­adresse infor­ma­tique ridicule (un car­ac­tère « * » s’étant glis­sé dans une com­mande « rm »), j’ai per­du tout le tra­vail de ma journée. Et on va être hon­nête, c’est très rageant. Après quelques instants de réflex­ion, j’ai décidé de ten­ter de récupér­er ces don­nées, qui devaient encore être inscrites sur le disque dur même si non vis­i­bles par le sys­tème.

J’ai donc immé­di­ate­ment démon­té la par­ti­tion, pour éviter d’écraser les infor­ma­tions qui m’intéressaient, puis j’ai cher­ché un peu, et suis tombé sur un doc­u­ment qui cor­re­spondait exacte­ment à mes besoins : HOWTO res­cue delet­ed Lin­ux files. L’idée est d’utiliser un script qui par­court le disque dur comme un énorme fichi­er, et recherche à l’intérieur les extraits typ­iques des doc­u­ments recher­chés. Comme tous mes fichiers de tra­vail com­mençaient par « \chap­ter », je n’ai eu qu’à mod­i­fi­er légère­ment le script, puis à le lancer et atten­dre. Après quelques dizaines de min­utes, une cinquan­taine de fichiers avaient été retrou­vés, et après véri­fi­ca­tion, cor­rec­tion et réa­juste­ment, j’ai pu tout retrou­ver ! Mer­ci YakPeo­ple !

9 thoughts on “Maladresse informatique”

  1. Waow, la mon­tée d’adrénaline ! :)
    Je suis con­tente de voir que tu en vois la fin et que tu y prends tou­jours autant plaisir. Pour ma part, c’est le ras-le-bol com­plet mais le 15 au soir j’aurai ter­miné, alors…
    Accroche-toi !

  2. Accroche-toi aus­si, Sarah, ça vaut le coup de se bat­tre :)

    Pour ce qui est du com­mit automa­tique, j’utilise en ce moment l’antique cvs, qui ne per­met pas de com­miter quand on est décon­nec­té de l’internet. Mais la prochaine fois, j’utiliserai Mer­cu­r­ial je pense, car par­mi les out­ils décen­tral­isés, c’est le pre­mier que j’ai util­isé, et il m’a beau­coup plut.

  3. Ça sert d’être cal­lé en infor­ma­tique !
    Bon courage pour la suite !

  4. Ça ne m’est jamais vrai­ment arrivé, mais c’est tou­jours ma han­tise.

    Je pen­sais juste­ment à ça il y a quelques jours, et la con­clu­sion est que le prob­lème vient de l’actuel con­cep­tion de la pro­tec­tion des sup­pres­sions hasardeuses. En gros actuelle­ment on a le choix entre :
     — avoir une con­fir­ma­tion avant chaque sup­pres­sion, sachant qu’au bout d’un moment, soit on la dés­ac­tive, soit on con­firme par réflexe, donc ça devient inef­fi­cace dès qu’on utilise beau­coup cette opéra­tion.
     — faire atten­tion à ce que l’on fait, mais c’est très risqué. Une erreur dans la sélec­tion des fichiers est vite faite, et une faute de frappe dans une ligne de com­mande, ou une pres­sion sur « Entrée » au mau­vais moment peut tourn­er à la cat­a­stro­phe.

    Et j’ai donc pen­sé à une solu­tion. Il me sem­ble qu’en général, on se rend compte tout de suite qu’on a fait une bourde. L’idée serait donc d’être capa­ble d’annuler toute opéra­tion de sup­pres­sion pen­dant un laps de temps. On pour­rait voir ça comme une cor­beille qui se vide automa­tique­ment, et qui est aus­si util­isé par rm.
    On pour­rait ensuite éten­dre au rem­place­ment de fichi­er (qui peut être aus­si cat­a­strophique), mais là ça doit se com­pli­quer …

  5. Effec­tive­ment, la sup­pres­sion avec délai sem­ble être une bonne alter­na­tive. Par con­tre, il faudrait aus­si un paramètre sup­plé­men­taire pour faire un vrai rm, notam­ment quand on veut gag­n­er de la place sur une par­ti­tion très pleine sans atten­dre.

    D’autre part, il faudrait une cor­beille par par­ti­tion, his­toire que le mv ne soit pas trop lent…

  6. Si tu utilis­es GNU/Linux ou un BSD, il est pro­posé directe­ment par ton sys­tème (via le ges­tion­naire de paquet, de ports, ou tout autre sys­tème). Si tu es util­isa­teur d’un sys­tème Apple, alors je n’en sais rien, mais on doit trou­ver l’équivalent, j’imagine. Pour Microsoft Win­dows, les per­son­nes que je con­nais qui utilisent LaTeX avec ce sys­tème choi­sis­sent MiK­TeX, cou­plé à TeXnic­Cen­ter pour l’édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.