Cycles de sommeil

J’aime dormir. Même si comme beau­coup j’ai du mal à me décider à aller me couch­er, c’est un moment que j’ap­pré­cie. Je ne suis pas de ceux qui font des nuits de 4 heures, mais je suis plutôt dans la caté­gorie bon dormeur. J’aime aus­si les siestes, que je pra­tique par­fois en ren­trant du tra­vail avant de com­mencer mes activ­ités asso­cia­tives (ou ma sec­onde journée de thèse). Depuis longtemps, j’avais remar­qué que des siestes de 20 min­utes ou de 2 heures étaient répara­tri­ces, mais qu’en­tre les deux, c’é­tait sou­vent plus usant qu’autre chose.

Alors j’ai com­mencé à me doc­u­menter sur les mécan­ismes du som­meil. En par­courant par exem­ple l’ar­ti­cle de wikipé­dia con­sacré au som­meil, j’ai eu la con­fir­ma­tion qu’un cycle com­plet de som­meil dure entre 1h30 et 2 heures, ce qui con­forte l’idée d’une sieste de 2 heures. De la même manière, on con­state que la péri­ode des phas­es de som­no­lence et de som­meil léger peu­vent dur­er 20 min­utes. Quand on fait une sieste, l’im­por­tant est donc ne ne pas se réveiller au moment d’une phase de som­meil pro­fond.

Et puis, en regar­dant ces courbes de som­meil, en lisant des choses sur l’é­tude du som­meil, j’ai eu envie d’en appren­dre plus sur mes pro­pres cycles de som­meil, pour pourquoi pas ajuster les durées de nuit et de sieste. Mal­heureuse­ment, je n’ai pas d’ap­pareil­lage dédié. En con­tin­u­ant à lire des infor­ma­tions au sujet du som­meil, j’ai décou­vert qu’à la fin de chaque cycle, nous viv­ions une courte péri­ode de réveil dont on ne se sou­vient plus en général le matin. J’ai donc décidé d’es­say­er de l’ex­ploiter.

Ain­si, depuis quelques nuits main­tenant, je me force, dès que je me réveille, à not­er l’heure de réveil. Au début, je pen­sais que ça n’al­lait jamais arriv­er. Et pour l’in­stant, dans deux tiers des nuits, j’ai pu not­er plusieurs heures de réveil, sans con­stater de fatigue par­ti­c­ulière au matin.

J’ai ten­té de les analyser sta­tis­tique­ment pour en extraire des durées de cycle, voire des péri­ode de som­meil léger. Pour l’in­stant, ce n’est pas très sig­ni­fi­catif, mais dans quelques temps, j’e­spère pou­voir vous faire part de mes analy­ses, qui me per­me­t­tront peut-être d’op­ti­miser mon som­meil pour éviter les réveils en milieu de cycle, et gag­n­er du temps le matin par exem­ple.