Coopérative d’habitants

Avoir un toit au dessus de la tête, et savoir qu’on en aura un demain, c’est un gage de sérénité.

Cepen­dant, je ne trou­ve pas la notion de pro­priété des plus agréables en général. L’ac­qui­si­tion d’un loge­ment n’est donc pas pour moi un objec­tif, une rai­son de vivre, ni moins un sym­bole de réus­site sociale. Pour autant, la solu­tion que je pra­tique actuelle­ment — la loca­tion — ne me sat­is­fait pas. En effet, si je ne suis pas pro­prié­taire, j’en­tre­tiens tout de même ce sys­tème en payant mon loy­er à un tiers qui est lui pro­prié­taire (et au pas­sage ren­tier). Une solu­tion alter­na­tive à ces deux approches est le squat, mais ça néces­site de faire un choix de vie plus glob­al.

maison

Jusqu’à présent je ne voy­ais pas de solu­tion sat­is­faisant à la fois mes besoins et mes idéaux. Et puis j’ai enten­du par­ler des coopéra­tives d’habi­tants. En France, l’une des prin­ci­pales struc­tures qui aide ce genre de pro­jet est l’as­so­ci­a­tion Habi­coop. Ce n’est peut-être pas encore l’idéal, mais le fonc­tion­nement ressem­ble un peu aux scops, et me sem­ble par­tir dans une direc­tion intéres­sante. Bien dévelop­pée en Alle­magne, cette alter­na­tive sem­ble émerg­er douce­ment en France. À suiv­re !