Typographie

Êtes-vous de ceux qui aiment utiliser des majuscules accentuées ? Aimez-vous mettre un espace avant un caractère « : » ? Voire même composer une espace devant les doubles ponctuations ? Que pensez-vous de la forme abrégée « Mr » pour monsieur ? Utilisez-vous le caractère « œ » ?

Pour ma part, je cultive un certain intérêt pour la typographie et l’orthotypographie. C’est-à-dire pour l’art qui consiste à composer à l’aide de caractères un document, en respectant les règles en rigueur, aussi bien en terme de caractères à utiliser, qu’en terme d’abréviations, ou encore d’orthographe.

J’avais l’impression jusqu’à présent d’être un peu seul à porter un intérêt à cette chose. J’avais repéré quelques ressources intéressantes disponibles sur la toile. Et puis en discutant de ces questions à droite ou à gauche, j’ai remarqué que pas mal de monde s’y intéressait, depuis les fans de la netiquette jusqu’aux professeurs de français, et d’une manière plus large aux amoureux de beaux livres.

Aussi je vous propose ici une courte sélection de liens et documents, afin d’en faciliter l’exploration, notamment en apprenant à maîtriser un vocabulaire spécifique riche et parfois déroutant :

  • Petites leçons de typographie de Jacques André est un recueil très complet et accessible sur les règles typographiques françaises. Son gros avantage est d’être pédagogique, et d’aider le débutant à découvrir cet univers ;
  • Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Paris : Imprimerie nationale est un document de référence, au contenu nettement plus pointu que les leçons de Jacques André, mais qui propose l’avantage d’une présentation en ordre alphabétique qui le rend très facilement consultable ;
  • Le Typographe est un site internet qui traite de l’actualité de la typographie et des fontes ;
  • irisa-typographie est une liste de discussion autour des questions de typographie, où l’on pourra trouver des conseils et renseignements pointus sur la question.

14 thoughts on “Typographie”

  1. J’ai toujours aimé la typographie pour son aspect visuel. J’apprécie les lettres, leurs formes, leur contraste.
    J’ai commencé à m’intéresser de très près à l’orthotypographie depuis mon nouveau poste. Chargé de rédiger et mettre en page plusieurs publications, l’approximation et la méconnaissance des règles typo est plutôt malvenue.
    Ma référence pour le moment reste
    http://www.orthotypographie.fr/

    Je compte toujours me procurer le livre…

    En parallèle, j’essaie au maximum d’appliquer les règles typographiques au web, pas toujours une tâche facile.

  2. Ah oui, cet ouvrage fait aussi partie des références que j’avais repéré, c’est là notamment que j’ai découvert le mot orthotypographie. Par contre, j’ai moins accroché à la présentation…
    Pour ce qui est des règles typographiques sur le web, ce lien est utile pour démarrer je trouve
    http://www.uzine.net/article1802.html

  3. Bonjour, je m’intéresse également énormément à la typographie (les espaces avant les doubles ponctuations, les majuscules accentués et autres petites subtilités du genre), et étant récemment tombé sur une présentation concernant la typographie et le web, je vous fais profiter de cette trouvaille : http://webtypography.net/sxsw2007/ (cette page contient également des liens intéressants sur le sujet)

  4. — Êtes-vous de ceux qui aiment utiliser des majuscules accentuées ?
    — Oui :-)

    C’est un peu comme plein de choses : à ne plus respecter les règles, tout le monde fait à sa sauce, et tout devient alors plus difficile car on perd tout repère.

    Au passage, je refais un coup de pub pour la disposition bépo dont on vient de sortir la RC : http://www.clavier-dvorak.org/wiki/
    Cette disposition à l’avantage en plus de proposer un agencement des touches un peu plus optimisé que l’AZERTY (c’est pas dur), de rendre plus accessible les caractères typographiques qui font souvent défaut dans les documents électroniques. Il rend par exemple l’accès au majuscules accentuées très simple.

  5. Tu conseilles quoi pour utiliser bépo au quotidien : mettre des autocollants sur les touches de clavier, ou se la jouer à l’aveugle en gardant les inscriptions AZERTY ?

  6. er:k : merci pour le lien. Quelque chose dont je n’ai pas parlé dans le billet, c’est l’énorme différence entre les usages dans les différentes langues : les espaces ne sont pas les même, pas placées au même endroit, les conventions de guillemets, majuscules et abréviations sont parfois diamétralement opposées.
    C’est d’ailleurs parfois difficile de se déhabituer d’une typographie française quand on compose pour l’anglais. Heureusement que des logiciels comme LaTeX proposent d’automatiser pas mal de ces tâches pour l’utilisateur.

  7. Je pense que la chose qui m’a le plus choqué au Québec, c’est l’absence totale de respect pour la typographie. N’espère pas voir une espace avant un point d’interrogation ou d’exclamation. C’est vraiment dommage pour un peuple qui prétend défendre la langue française.

    Nous ne sommes pas meilleurs en France : à l’école, on m’a appris à ne pas accentuer les majuscules. C’est fou, non ? Et en lisant la dictée d’un élève de CM2, la faute “coeur” à la place de “cœur” n’a pas été sanctionnée par son instituteur. Je comprends que ces caractères sont parfois difficiles à exécuter sur un clavier d’ordinateur (surtout avec Fenêtre©, hé-hé), mais l’effort n’est pas immense sur un document manuscrit.

    Il est déjà très difficile de faire respecter une orthographe correcte sur internet, le combat pour la typographie est presque perdu d’avance.

  8. C’est vrai. Cependant, en ce qui concerne les espaces avant les points de ponctuation double, il existe une situation où il n’y a pas de règle : quand l’outil informatique ne permet pas de saisir d’espace insécable fine. C’est ce type d’espace que l’on doit composer devant un signe de ponctuation double, une espace qui ne peut être coupée par un saut de ligne, et qui est plus petite qu’une espace classique.

    Dans un courriel par exemple, impossible de composer un tel caractère, sauf à utiliser une mise en page complexe (en html), ce qui est contraire à la netiquette.
    On se retrouve donc devant un choix : utiliser un espace classique, plus grand, qui risque de se voir couper par un saut de ligne, ou ne rien mettre.
    Je trouve extrêment laid un saut de ligne avant un « : », aussi il m’arrive de ne pas mettre d’espace, pour cette raison-là.

  9. Si je me place du côté du rédacteur, je trouve que l’application des règles de typographie sont une belle preuve d’intérêt porté au lecteur.

    Si je me place du côté de ce dernier, je trouve que la lecture des textes en est d’autant plus reposante et agréable.

  10. @giz404 :
    >J’ai toujours aimé la typographie pour son aspect visuel. J’apprécie les lettres,
    >leurs formes, leur contraste.
    >
    Nous sommes deux, car moi aussi :-).

    >Ma référence pour le moment reste
    >http://www.orthotypographie.fr/
    >
    Merci pour le lien (je suis responsable du site…) Il est probable que ça reste un livre de référence pour très longtemps ?

    >Je compte toujours me procurer le livre…
    >
    Très facile : il suffit de télécharger les PDF et de les imprimer ou de les faire imprimer (si nécessaire, nous envoyer un mail pour obtenir la couverture au bon format – lequel dépend de l’épaisseur de la tranche, donc du grammage du papier !)

    Sinon, il y a la version éditée par Quintette (http://www.orthotypographie.fr/intros/orthotypo.html), qui ne reprend pas la partie « Internet » du livre, mais est quand même très utile.

    ———
    @jm:
    Vous parlez de la présentation du HTML, ou de la mise en pages du livre lui-même (les PDF), qui vous aurait « moins accroché » ? Et que faire pour améliorer cette présentation ?

    Autre chose… on peut mettre des espaces insécables insécables dans les mails, bien sûr : le caractère est encodé dans Iso latin-1.

    Bonne journée à tout le monde.

  11. Tout d’abord Alain, merci d’avoir pris le temps de répondre ici.
    Quand je parlais du site internet orthotypographie, ce qui m’a moins accroché est d’une part, la présentation du site internet que je trouve complexe (le système de frame notamment, qui rend peu claire la navigation), mais aussi la mise en forme du contenu, et là, je ne peux facilement vous expliquer, c’est plus une question de goût&nbps;: le contenu (très) est dense, mais facilite peu la recherche… La multiplication des médias à l’origine de ce document, qui ont été recompilés sans modification majeure de la forme, est peut-être à l’origine de mon sentiment.

    Cependant, ça reste tout de même une source très complète, disponible sous une licence Creative Commons non libre (CC-by-nc-nd), mais qui a l’avantage de permettre une distribution comme vous le faites aimablement sous forme de pdf.

  12. @jm

    Moui, les frames sont discutables – rires. Mais elles ont l’avantage de signaler au lecteur égaré qu’il n’est pas tombé sur une page isolée, mais qu’il navigue dans un livre qui possède sa cohérence – laquelle ne se réduit pas à une simple information pêchée au hasard.

    La mise en forme du contenu : je vous comprends fort bien quand vous dites qu’elle vous gêne, mais évidemment cette mise en forme dépend du contenu (précisément). Et le contenu a été dicté par l’état du tapuscrit (comme on l’explique assez longuement sur le site web).

    Au départ, il s’agissait pour nous de publier un livre-papier, avec en plus une mise en ligne du PDF. L’idée et l’envie de la consultation du texte au format HTML est venue plus tard, en raison des obstacles rencontrés dans les projets d’édition. Mais fondamentalement, ce projet repose sur le papier, et spécialement sur *la mise en pages* papier : il y a des subtilités typographiques qu’aucun système de restitution sur l’écran ne permettra jamais – et c’est heureux comme ça, je crois. Et une profondeur de pensée (ici : celle de JiPé Lacroux) que seul le livre permet d’aborder.

    Un visiteur du site sur dix télécharge les PDF du livre, et parfois les imprime, les fait relier, etc. : c’est un signe, non ? Finalement, Orthotypographie est un livre-papier lequel n’est pas mort ; Gutenberg a de nombreuses années devant lui !) passé sur écran en raison des circonstances… Rien de plus, et rien de moins non plus. Ça n’empêche pas une consultation ponctuelle, comme on le fait pour un usuel quelconque (dictionnaire, encyclopédie, etc.)

    Bref, si jamais ça intéresse quelqu’un, tout ça est discuté sur le site du livre . Voir l’Avertissement au lecteur (www.orthotypographie.fr/intros/avertissement.html), qui explique un peu l’histoire du bouquin et les choix éditoriaux, ainsi que sur mon site perso (discussion des choix typographiques pour ce livre : http://www.alain.les-hurtig.org/lacroux/).

    Amicalement

  13. Merci pour cet article. Je m’intéresse depuis quelque temps à la typographie et j’ai encore de grosses lacunes. Ces ressources vont bien m’aider. Je vais pouvoir être encore plus chiant à la relecture des documents de mes collègues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.