Le Clan du Néon

J’ai de plus en plus de mal à sup­port­er les com­porte­ments out­rageuse­ment non écologiques. Il est vrai que par­fois, les com­porte­ments respectueux de notre planète sont dif­fi­ciles à adopter, tant ils sem­blent con­traig­nants. Mais quelle sat­is­fac­tion per­son­nelle quand on y arrive !

D’autres com­porte­ments sont sim­ple à adopter. Ceux-là font par­fois appel à notre intérêt économique, comme par exem­ple étein­dre la lumière quand on sort d’une pièce. Un geste sim­ple, qui sup­prime la con­som­ma­tion inutile d’un peu de notre planète. Dans le même reg­istre, l’é­clairage de bâti­ments publics, sou­vent his­toriques, me gène sou­vent. Il est vrai que c’est superbe, mais que de ressources con­sumées pour un plaisir futile, voire même sou­vent ignoré !

Mais le sum­mum de la con­som­ma­tion lumineuse inutile est pour moi l’é­clairage des enseignes de mag­a­sins, notam­ment la nuit. On se demande où est l’in­térêt pour le com­merçant : mon­tr­er sa puis­sance économique (« c’est moi qui ai la plus grosse ») peut-être ? Tou­jours est-il que c’est vrai­ment insup­port­able, ce com­porte­ment illus­trant vrai­ment le manque de sens civique, de respect d’autrui et le manque de valeurs écologiques des pro­prié­taires.

Et c’est là qu’in­ter­vient le Clan du Néon. Ces gens ont choisi de pren­dre les choses en main, et se font une joie d’étein­dre ces enseignes noc­turnes. Et ce, sans rien déte­ri­or­er. Ils prof­i­tent le l’in­ter­rup­teur placé en façade des mag­a­sins, qu’ils bas­cu­lent sur « off », et le tour est réglé.

Cher Clan du Néon, mer­ci de nous redonner le sourire !