Second tour : un choix délicat

Lors des élec­tions prési­den­tielles de 2002, nous devions choisir de vot­er pour l’ex­trême droite ou la droite dite « clas­sique ». Nous nous étions tous motivés pour vot­er pour la démoc­ra­tie, qui avec un gant, qui avec une pince à linge. Puis nous nous étions juré que plus jamais ça n’ar­riverait.

5 années ont passé. Et nous voilà de nou­veau devant un nou­veau choix. Si l’on se fiait à la cul­ture des par­tis de cha­cun des can­di­dats, on pour­rait dire qu’on a affaire cette fois-ci à un vote clas­sique gauche-droite. Mais entre temps, la per­son­nal­ité de Nico­las Sarkozy, soutenu par ses amis a net­te­ment inflé­chit le débat poli­tique. On note par exem­ple que plus de la moitié du pro­gramme de 2002 de Jean-Marie Le Pen a été repris par Nico­las Sarkozy dans son pro­gramme de 2007. De la même manière, Ségolène Roy­al a net­te­ment ori­en­té son pro­gramme du côté sécu­ri­taire et répres­sif.

Aus­si, j’ai la sen­sa­tion d’être aujour­d’hui devant un choix assez sim­i­laire à celui de 2002 : faire bar­rage à un can­di­dat de la droite dure, en votant pour une can­di­date de cen­tre droit, ou choisir de vot­er blanc pour mon­tr­er à quel point ce sys­tème de scrutin n’est pas pour moi démoc­ra­tique (voir un précé­dent bil­let sur la démoc­ra­tie). Car après tout, on ne peut atten­dre de posi­tif d’au­cun de ces deux can­di­dats…

J’ai assez vite élim­iné aus­si la solu­tion de vot­er pour Nico­las Sarkozy. Ce choix n’est cepen­dant pas com­plète­ment irréfléchi. En effet, si je trou­ve hon­teux et anti-démoc­ra­tique le dis­cours des gens qui poussent le vote utile au pre­mier tour (« votez pour le can­di­dat de l’un des deux par­tis majori­taires, ne vous dis­persez pas »), je ne trou­ve pas com­plète­ment stu­pide le dis­cours qu’on entend par­fois pour le sec­ond tour : « votez pour le pire, que les gens com­pren­nent pen­dant 5 ans ce que ça veut dire, et ne refassent plus l’er­reur. »

Pour résumer, pour moi la ques­tion se place entre vot­er blanc et vot­er con­tre l’ex­trême droite.

24 thoughts on “Second tour : un choix délicat”

  1. Juste un petit coucou pour dire que sans même me con­cert­er, je pense comme toi et pleins d’autres per­son­nes aus­si.
    Mon vote est pour l’in­stant ver­ouil­lé sur “blanc”, j’at­tends la fin des débats pour éventuelle­ment con­firmer ou vot­er con­tre la droite extrême. Je pense que Bay­rou est dans la même hési­ta­tion. Effec­tive­ment, l’in­térêt de vot­er blanc est juste­ment de se dire, si sarko passe, et bien ça va empir­er et donc dans 5 ans voire avant, l’er­reur ne devrait pas se repro­duire.

  2. Oui un choix déli­cat.

    je te cite “Aus­si, j’ai la sen­sa­tion d’être aujour­d’hui devant un choix assez sim­i­laire à celui de 2002” oui à la dif­férence près que le très-à-droite par favori.

    J’ai moi aus­si vite écarté le vote sarko “don­neur de lecon pour la suite” parceque j’ai vrai­ment pas envie de vivre ces 5 années. Le vote blanc ça revient un peu à don­ner une 1/2 voie au favori, il reste le vote pour le moins pire. Mais en même temps élire Ségolène Roy­al risque d’en­tach­er un peu plus l’im­age de la gauche qui n’est déjà pas au beau fixe depuis quelques années ce qui ne laisse rien présager de bon pour la suite… On en revient au vote sarko (mais non quand même pas, j’en veux pas moi) ou blanc, le ser­pent ce mort la queue… Oui le choix n’est vrai­ment pas évi­dent. Si en 2002 le choix le moins pire était évi­dent, il l’est beau­coup moins aujour­d’hui.

    Ségo et sarko sont dans un bateau. Il faut pouss­er sarko ? pouss­er ségo ? ou rester au loin à prof­iter de la mer en atten­dant de voir qui tombera à l’eau ?

  3. D’une part, je suis assez éton­né que les deux can­di­dats arrivés en tête du pre­mier tour soient les plus irre­spon­s­ables des « grands » can­di­dat. Aucun d’en­tre eux ne peux sérieuse­ment avoir les moyens (financiers et juridiques) de réalis­er leurs pro­grammes, aus­si fourre-tout soient-ils …

    D’autre part, la procé­dure de désig­na­tion du prési­dent de la République est vio­lente et débile. Mais plutôt que d’e­spér­er un hypothé­tique vote plus intéres­sant la prochaine fois (en out­re, ce raison­nement n’a-t-il juste­ment pas créé la présente sit­u­a­tion ?), la ques­tion posée lors du vote c’est « qui voulez-vous comme Prési­dent de la République ». Il ne s’ag­it donc pas de vot­er con­tre quelqu’un mais de choisir entre les deux derniers can­di­dats, dont un sera for­cé­ment élu. Sachant qu’il y a des élec­tions lég­isla­tives dans quelques semaines, après douze ans de Chirac, vous voulez vrai­ment vous taper cinq ans de Sarkozy ?

  4. Incroy­able ton bil­let ! La ques­tion ne se pose même pas pour moi. Vot­er blanc ou ne pas vot­er, c’est don­ner sa voix à Sarko. Et Ségolène a beau être très libérale et cen­triste, c’est quand même moins pire que le facho-ultra-libéral de ser­vice. Il ne faut pas oubli­er que la couleur poli­tique du prési­dent sera celle de l’assem­blée, et ce pen­dant les cinq ans à venir ! Je suis pour un change­ment pro­fond des insti­tu­tions poli­tiques, mais en atten­dant il faut se coltin­er le sys­tème.

    d. — aba­sour­di

  5. Et au pas­sage, ne jamais jouer la poli­tique du pire : on peut aller très loin dans l’hor­reur avant que les choses changent !

    d.

  6. Beh oui,

    On se reveille là. Ca vous a plu la poli­tique de droite depuis 5 ans, vous avez aimé le CNE, le CPE, la baisse d’im­pots pour les plus rich­es, la pseu­do baisse du chomage, l’aug­men­ta­tion de la pré­car­ité, etc, etc…vous en voulez encore ?
    Alors vot­er blanc ou Sarko…

    C’est quoi cette idée d’at­ten­dre 5 ans que la sit­u­a­tion empire pour qu’en­fin, la droite ne soit plus au pou­voir. La sit­u­a­tion n’est-elle pas déjà cat­a­strophique???

    La ques­tion, c’est de savoir qui de Sarko ou de Ségo souhaitez vous comme prési­dent de la république??? C’est comme ça, les français l’ont décidé meme si on peut ne pas etre d’ac­cord avec ce choix.
    Je sais, le sys­teme de scrutin est pour­ri mais c’est quand meme celui qui est en vigueur actuelle­ment. Peut-etre qu’un des deux can­di­dats qui souhaite réformer les insti­tu­tions chang­era ce mode de scrutin, intro­duira de la pro­por­tion­nelle pour équili­br­er la réprésen­ta­tion poli­tique à l’assem­blée??? Une chose est sure, ce n’est pas dans le pro­gramme de Sarko.

    Alors je me demande pourquoi cer­tains ter­gi­versent encore, pour moi, y a pas d’hési­ta­tion, je voterai Ségo !

  7. Entre nous, sarko au “pou­voir” on en a un aperçu avec son min­istère de l’in­térieur, la droite au pou­voir, on voit déjà que c’est la loose totale. Et pour­tant Sarko est en tête des votes (31% !)
    Alors que croyez vous pour dans cinq ans si c’est lui qui passe ? Plus de pré­car­ité, plus d’in­sécu­rité, plus de dif­férences entre les plus pau­vres et les plus rich­es, et les français refon­ceront tête bais­sée dedans, car belles promess­es, beaux dis­cours, et surtout manip­u­la­tions des médias. (c’est ce qui se passe là, pourquoi ça chang­erait ?)

    Vu les man­i­fs con­tre le CPE, vu les émeutes dans les ban­lieues, vu les gross­es con­ner­ies qu’a dites Sarko (« Je suis de ceux qui pensent que la France n’a pas à rou­gir de son his­toire. Elle n’a pas com­mis de géno­cide. Elle n’a pas inven­té la solu­tion finale.” meet­ing de nice),etc je pen­sais que les français ne se lais­seraient pas bern­er, mais faut croire que la mémoire des français a quelques faib­less­es.

    Je me suis posée la ques­tion du blanc ou de Ségo (jamais je me suis demandé si je votais Sarko…) finale­ment, si au départ je pen­sais blanc, je suis qua­si sûre de vot­er Ségo main­tenant (en votant POUR per­son­ne mais bien CONTRE la droite extrême)

  8. pour tous ceux qui votent Sego pour bat­tre Sarko, faut atten­tion qu’elle ne prenne pas vos votes pour un vote PS. remar­que, Ségo ratisse telle­ment large, que plein de gens doivent s’y retrou­ver (de l’ex­treme gauche au cen­tre), elle est vrai­ment forte en gym !!!
    les insti­tu­tions de la V° republique sont ain­si faites, pour sat­is­faire toute cette coali­tion, on pour­ra crier “Vive les accords des états-majors des par­tis” pour les grandes réformes. le seul prési­dent social­iste élu sous la V° par­lait déjà de la mod­i­fi­er, que de belles paroles.

  9. Je pense, bien au con­traire que les français ne se lais­sent pas faire et s’ils ne sont pas con­tents ils changent de crèmerie. Ceci dit, Sego bouffe à tous les rate­liers. Que faire ????

  10. Les deux can­di­dats au sec­ond tour bouf­fent à tous les rate­liers. Je feuil­letais l’autre jour Têtu (un mag­a­zine homo), et fut éton­né de con­stater que Sarkozy avait par­ticipé à une soirée dans l’une des dis­cothèques homos de la cap­i­tale, pour se mon­tr­er et dif­fuser ces idées.
    Le mag­a­zine indi­quait que toute la presse homo en avait par­lé, mais qu’au­cun média général­iste n’avait par­lé de cette soirée. Il sem­ble que notre ami Sarkozy ai envie de ral­li­er à lui les électeurs homos sans “effray­er” ses amis con­ser­va­teurs…
    Et ce n’est qu’un exem­ple, il fonc­tionne beau­coup par mini événe­ments red­if­fusés dans des médias spé­ci­fiques…

    Bref, ces deux can­di­dats ont le même fonc­tion­nement sur ce genre de ques­tions, dif­fi­cile donc de les départager grâce à ça.

  11. En effet, Sarko n’est pas à une con­tra­dic­tion près. D’une part, il cherche à s’at­tir­er l’elec­torat ouvri­er en citant Jau­rès, d’autre part, il dén­i­gre les con­séquences de mai 68 (qui aboutit aux Accords de Grenelle et une hausse de 10% des salaires et 35% du SMIC)…
    Ce n’est qu’un exem­ple, la liste est longue.

    De toute façon, “bouf­fer à tous les rate­liers”, c’est un peu le principe du sec­ond tour. Chaque can­di­dat cherche à récu­per­er les voix de ceux qui n’ont pas voté pour eux au pre­mier tour, c’est légitime.

    Mais peu importe, je crois qu’i­ci, les gens sont à peu près con­va­in­cus de ne pas vot­er Sarko. C’est juste entre Roy­al ou le vote blanc.

    Le prob­lème, c’est que le vote blanc n’est pas compt­abil­isé dans les suf­frages exprimés. Autrement dit, vous votez mais votre voix ne compte pas.
    Petit exem­ple : un récent sondage donne Sarko 52% Roy­al 47% et 11% n’ont pas d’in­ten­tions de votes. Si on prend en compte le vote blanc, cela fait NS : 46.3% SR:42.7% et vote blanc : 11%.
    La dif­férence entre NS et SR est de 3.6%. Autrement dit, si seule­ment 3.7% (3.6+0.1 pour avoir la majorité) de ceux qui votent blanc, votent finale­ment pour Roy­al, Sarko n’est pas prési­dent.

    Inverse­ment, si on imag­ine les can­di­dats a égal­ité et que 3.6% des votants , votent blanc plu­tot que Roy­al, et bien Sarko est prési­dent avec 52% des voix.

    Tout cela pour mon­tr­er que le vote blanc ne sert à rien et que seule­ment une petite par­tie de l’élec­torat pour faire que Sarko ne passe pas. Vot­er blanc c’est vot­er pour Sarko. Alors faites comme vous voulez, mais prenez vos respon­s­abil­ités car Sarko une fois élu, s’ap­puiera sur sa légitim­ité pour appli­quer son pro­gramme anti-social qu’il nous promet.

  12. Non mais quelque part, Sego a l’air de vouloir se pencher sur le prob­lème des retraites et s’in­téresse à la péni­bil­ité du tra­vail que celà soit dans le privé autant que dans le pub­lic. Celà peut paraître acces­soire mais c’est révéla­teur et me ferai pencher net­te­ment en sa faveur. Elle sem­ble, dans ce cas, avoir le sens de l’équité ?

  13. Ah oui, j’ai a‑do-ré !
    J’avais com­mencé ça en début d’an­née, mais je n’ai pas pris le temps de le met­tre à jour :
    http://jmtrivial.info/wiki/wakka.php?wiki=JournalDictature
    Ça résume une par­tie des inter­ven­tions de notre dirigeant…
    Il reste le volet iné­gal­i­taire au pos­si­ble (écras­er les plus faibles), qui ajoute un peu à la galère ambiante…

  14. Excel­lente ini­tia­tive…
    Il est vrai que depuis, les munic­i­pales sont passées et le rythme a repris …

  15. Ça fait bizarre de relire ce bil­let et les com­men­taires deux ans après…
    On avait l’air cat­a­strophé dans nos com­men­taires mais en fait, c’est car­ré­ment ce qui se passe…

    … et 3 ans de sarkozysme…

  16. Oui, et Elise un peu plus tôt n’a pas tord : je n’ai pas l’im­pres­sion que les gens voterons pour quelqu’un d’autre dans 3 ans.

    Au pas­sage, je n’ar­rive plus à trou­ver le temps pour ali­menter le jour­nal de la dic­tature cité un peu plus haut. Dom­mage, il s’en passe des “bonnes” quand même.

  17. J’ai repen­sé à ce bil­let en voy­ant dans les news que ça fait 4 ans qu’on bouffe du sarko… et plus ça va, pire c’est… Ça dépasse tout ce que j’avais pu imag­in­er.
    Même si l’échéance prochaine est proche, je suis pas vrai­ment ras­suré…

  18. Oui, j’y repense de temps en temps aus­si, mais l’at­ti­tude pas­sive, bornée et égo­cen­trique de nos conci­toyens me dépasse. Ça donne envie de faire des gamins pour qu’ils se retrou­vent dans cette merde, tiens !

  19. Un petit résumé par là http://www.fairelejour.org/spip.php?article1629

    Dis donc, tu fais dans l’hu­mour noir avec ta dernière phrase, ou alors c’est une faute de frappe ? Moi, je dirai que ça donne envie de faire plein de gamins, toute une armée pour rehauss­er le niveau de notre société. Bon, ok, en dis­ant ça, je suis un peu pré­ten­tieux, mais bon l’e­spoir fait vivre, et tant que je vivrai j’au­rai de l’e­spoir.

  20. Excel­lent le résumé des années sarko !

    Pour en revenir à la phrase sur les gamins, c’est vrai qu’elle est bizarre.
    Mais j’ai quand même des doutes (et décep­tions) vis-à-vis des d’je­unes, car d’après les sondages (d’un coté heureuse­ment, ce ne sont que des sondages) y a quand même 20% des 18 – 24, prêt à vot­er pour la Marine et encore 14% pour Minus Ier… 10ans de télé réal­ité ont fait de gros dégâts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.